Vous êtes ici

ASSURANCE-CHÔMAGE : CE QUI A CHANGÉ AU 1ER OCTOBRE

Soumis par redacteur le jeu, 10/12/2017 - 12:35

La convention d’assurance-chômage conclue par les partenaires sociaux au printemps 2017 pour trois ans entre progressivement en vigueur avec quelques changements visibiles depuis le 1er octobre.

Depuis le 1er octobre s’appliquent les mesures liées aux cotisations des employeurs. Une contribution exceptionnelle de 0,05 % est appliquée à tous les contrats de travail pour une durée maximale de trente-six mois. Parallèlement, la surcotisation sur les CDD d’usage de moins de trois mois – en grande partie responsables de l’explosion de la précarité – est maintenue pour dix-huit mois.

Sur cette question des contrats courts, la convention prévoit que les branches les plus utilisatrices (hôtellerie-restauration, services à la personne, spectacle…) ouvrent, depuis octobre, des négociations en vue de mieux réguler leur utilisation. Entre-temps, la réforme du code du travail a confié un nouveau domaine de régulation aux branches portant sur la qualité de l’emploi – où devront figurer les conditions de recours aux contrats courts (durée maximale, conditions de succession et de renouvellement). « Là où la convention avait choisi de cibler les branches qui coûtent le plus à l’assurance-chômage, les ordonnances posent le sujet de la responsabilité des entreprises à l’ensemble des branches », note Patricia Ferrand, secrétaire confédérale.

De nouvelles évolutions en novembre

Le 1er novembre, d’autres points de la convention entreront en vigueur, comme le mode de calcul de l’allocation (désormais unifié quel que soit le type de contrat de travail) ou encore les conditions d’affiliation au régime d’assurance-chômage. Assouplies avec la dernière convention, ces nouvelles conditions devraient, selon l’Unédic, permettre à 34 000 allocataires supplémentaires d’être indemnisés.

aballe@cfdt.fr 

Dernières Actualités Actualités générales

Les partenaires sociaux se retrouveront dès septembre pour une phase de diagnostic sur l’assurance-chômage, sujet remis sur la table des négociations par l’exécutif.
Pour la première fois depuis son élection, Emmanuel Macron recevait l’ensemble des partenaires sociaux à l’Élysée.
Par-delà les marches des fiertés qui ont lieu partout sur le territoire, la CFDT multiplie les actions dans et hors l’entreprise en faveur des personnes LGBT. Avec toujours le même message : liberté égalité, fraternité.
« Il n’est pas question de supprimer les pensions de réversion, mais il n’est pas non plus question de poser un couvercle sur ce sujet sous prétexte qu’il est épidermique. » Secrétaire national chargé des retraites, Frédéric Sève appelle à la raison.
[Mise à jour du 26 juin 2018] La CFDT Cheminots, après consultation des ses adhérents, suspend (à une très large majorité de 85%) le mouvement de grève après le 28 juin, tout en restant déterminée concernant la suite des négociations. Après le vote définitif de la loi pour un nouveau pacte ferroviaire, l’enjeu est désormais pour la CFDT d’obtenir des garanties de la part de l’Union des transports publics (UTP), l’organisation patronale du secteur, sur une convention collective nationale de branche.

Pages

Dossiers à la une


  • L’UNE DES PLUS IMPORTANTES RÉFORMES DU DROIT DU TRAVAIL DEPUIS CES DERNIÈRES ANNÉES


    Les ordonnances Macron ou ordonnances loi travail, qui prolongent la loi travail du 17 août 2015, réforment le Code du travail et transforment le droit du travail dans au moins quatre domaines importants : la négociation collective, la signature d’accords dans les plus petites entreprises, la rupture du contrat de travail et la mise en place d’une nouvelle instance représentative du personnel (IRP).

  • La représentation équilibrée des femmes et des hommes


    Depuis le 1er janvier 2017, les nouvelles règles relatives à la représentation équilibrée des femmes et des hommes s’appliquent.

  • NOS COLLÈGUES LES ROBOTS


    Plus rapides, plus réactifs, dotés de capacités de calcul supérieures, les robots bouleversent le monde du travail et réinterrogent la place des salariés.