Vous êtes ici

ASSURANCE-CHÔMAGE : CE QUI A CHANGÉ AU 1ER OCTOBRE

Soumis par redacteur le jeu, 10/12/2017 - 12:35

La convention d’assurance-chômage conclue par les partenaires sociaux au printemps 2017 pour trois ans entre progressivement en vigueur avec quelques changements visibiles depuis le 1er octobre.

Depuis le 1er octobre s’appliquent les mesures liées aux cotisations des employeurs. Une contribution exceptionnelle de 0,05 % est appliquée à tous les contrats de travail pour une durée maximale de trente-six mois. Parallèlement, la surcotisation sur les CDD d’usage de moins de trois mois – en grande partie responsables de l’explosion de la précarité – est maintenue pour dix-huit mois.

Sur cette question des contrats courts, la convention prévoit que les branches les plus utilisatrices (hôtellerie-restauration, services à la personne, spectacle…) ouvrent, depuis octobre, des négociations en vue de mieux réguler leur utilisation. Entre-temps, la réforme du code du travail a confié un nouveau domaine de régulation aux branches portant sur la qualité de l’emploi – où devront figurer les conditions de recours aux contrats courts (durée maximale, conditions de succession et de renouvellement). « Là où la convention avait choisi de cibler les branches qui coûtent le plus à l’assurance-chômage, les ordonnances posent le sujet de la responsabilité des entreprises à l’ensemble des branches », note Patricia Ferrand, secrétaire confédérale.

De nouvelles évolutions en novembre

Le 1er novembre, d’autres points de la convention entreront en vigueur, comme le mode de calcul de l’allocation (désormais unifié quel que soit le type de contrat de travail) ou encore les conditions d’affiliation au régime d’assurance-chômage. Assouplies avec la dernière convention, ces nouvelles conditions devraient, selon l’Unédic, permettre à 34 000 allocataires supplémentaires d’être indemnisés.

aballe@cfdt.fr 

Dernières Actualités Actualités générales

Syndicats et patronat ont jusqu’au 15 février (à raison d’une réunion par semaine) pour ficeler un accord sur la base de la feuille de route transmise par le gouvernement à la mi-décembre.
Juste à temps ! Le dernier décret qui fixe les moyens humains et horaires applicables à défaut d’accord du comité social et économique (CSE) est paru au Journal officiel le 29 décembre 2017.
Mis en place dans les entreprises de plus de 300  salariés depuis le 1er janvier 2017, le nouveau bulletin de paie simplifié va être généralisé à tous à compter du 1er janvier 2018. Décryptage.
La négociation qui a débuté ce jeudi 21 décembre est l’occasion de repenser un statut hérité de l’après-guerre et de réactualiser la définition de ce poste clé pour l’entreprise, avec un double enjeu : mieux appréhender la charge de travail d’une population particulièrement exposée aux risques d’épuisement professionnel et revaloriser une fonction dont l’attractivité s’est érodée depuis quelques années.
Après s’être mis d’accord sur les modalités de fusion des régimes de retraites Agirc (complémentaire des cadres) et Arrco (complémentaire de l’ensemble des salariés) le 17 novembre, les partenaires sociaux poursuivent la déclinaison de l’accord national interprofessionnel du 30 octobre 2015 sur les retraites complémentaires des salariés du privé en entamant cette fois-ci un nouveau cycle de négociations qui concerne l’encadrement.

Pages

Dossiers à la une