Vous êtes ici

CNC des 11 et 12 février 2020

Soumis par redacteur le sam, 02/29/2020 - 23:32

Bonjour à toutes et à tous,

La crise sanitaire liée à l’apparition en Chine du Coronavirus et les conditions de sécurité qu’elle impose constituent la préoccupation majeure de très nombreux pays dans le monde, d’autant plus que l’épidémie tend à se propager, entre autres dans les pays européens – y compris en France. Une attention toute particulière est naturellement portée sur l’ensemble des moyens de transports qu’empruntent de nombreux voyageurs, mais également sur les échanges commerciaux qui peuvent être, les uns comme les autres, sources de transmission du virus d’origine asiatique. Afin de contenir au maximum sa diffusion, des mesures de précautions doivent être prises pour protéger les populations ; dans le secteur des transports, ce sont tout autant les voyageurs que les salariés qui y travaillent qui doivent en bénéficier.

A l’évidence, sur le plan économique, les ruptures d’approvisionnement, dans les chaînes de production, vont affecter des pans entiers de l’industrie mondiale et font, d’ores et déjà, craindre un ralentissement général de l’activité. 

L’ampleur prise par ce problème sanitaire a relégué à la deuxième place dans l’actualité le dossier des retraites. La ligne défendue par la CFDT est claire et a été rappelée publiquement à de nombreuses reprises dans les media ; mais il nous reste encore à convaincre du bien-fondé de nos arguments nos bases militantes, car, sur ce sujet il est vrai complexe, notre stratégie n’est pas encore bien comprise ni admise, ce qui se traduit par de faibles mobilisations sur le terrain.

Ainsi – et ce fut rappelé lors de nos débats, nous ne sommes pas parvenus à mobiliser lors des dernières grandes manifestations du 5 décembre 2019 et du 9 janvier 2020. Notre politique réformatrice du système des retraites, validée lors du Congrès de 2010, s’est toujours réclamée d’une plus grande équité sociale dans le calcul des pensions. Dans les manifestations nationales, nos militants auraient souhaité porter avec plus de visibilité les revendications de la CFDT. Alors que nous sommes parvenus à nous rassembler et à défiler lors de la manifestation du 17 décembre 2019, notre mobilisation est restée en demi-teinte.

Malgré tout, la CFDT n’a pas cessé de faire pression sur les Pouvoirs publics pour l’amener à revenir sur le principe du fameux âge pivot.

Par une subtilité sémantique, le gouvernement a cependant introduit une notion d’âge d’équilibre, aux contours mal définis, qui a semé le trouble chez bon nombre de nos militants. Grâce à la demande de la CFDT de la mise en place d’une Conférence de financement des retraites, la question du point d’équilibre financier doit conduire les partenaires sociaux à s’entendre !

Comme vous le savez, dans ce projet de réforme, les transports ont été en première ligne de la mobilisation. SNCF et RATP ont porté leurs revendications propres, principalement axées sur l’avenir de l’encadrement social et statutaire des personnels, mis, en moins de deux ans, une nouvelle fois en danger, dans un contexte social, pour l’une et l’autre entreprise, particulièrement tendu, voire explosif, faute d’un dialogue social de qualité.

Mais de nombreux autres secteurs sont également impactés, comme le maritime, l’aérien, ou le secteur des transports routiers, qui voient leurs accords sur la pénibilité et les conditions de sécurité remis en cause, sans perspective claire d’une renégociation prochaine.

Et que dire de nos Agents du Ministère du développement durable, de l’écologie et de la mobilité, intégrés à la fonction publique, qui réclament l’intégration de leurs primes de travail, représentant une bonne partie de leurs revenus, dans le calcul de leurs pensions ! ils demandent également, comme leurs collègues de l’enseignement, une revalorisation de leurs salaires et la prise en compte de leur pénibilité, par une bonification en fin de carrière.

La multiplication de ces mouvements aura en tout cas conduit le Sénat à adopter une loi durcissant les conditions du droit de grève dans les transports, avec un service minimum aux heures de pointes pouvant conduire jusqu’à la réquisition des agents ... C’est là une véritable atteinte à la liberté du droit de grève !

Même si certains aménagements peuvent être apportés pour éviter les abus de quelques organisations syndicales : « Solidaires », par exemple, rien ne justifie de remettre en question un droit constitutionnel, en sanctionnant toujours davantage les Agents et Salariés des transports pour leur mobilisation. Rappelons aussi que l’exposition médiatique des blocages parisiens ne peut, à elle seule, impacter des décisions qui s’appliquent au reste de la France !

Devant cette initiative sénatoriale, le gouvernement s’est bien gardé de prendre parti ; il nous reviendra donc d’exercer une pression maximale auprès des députés pour que l’Assemblée Nationale rejette un texte qui impose des réquisitions de personnels et des niveaux de services journaliers contraints aux heures de pointe.

Ce CNC est le dernier avant le Congrès de la FGTE, qui se tiendra du 31 mars au 2 avril prochains près de Toulon, sur l’île des Embiez.

Ce Congrès va procéder à l’élection d’une équipe fortement renouvelée, avec une structuration intégrant les différentes branches d’activité au sein d’une Commission Exécutive Fédérale, facilitant ainsi une meilleure coordination et une représentation plus uniforme, à même de porter nos revendications sociales.

C’est donc mon dernier CNC, puisque, lors de ce Congrès FGTE, je ne renouvellerai pas mon mandat. Je me fixerai d’autres objectifs, tout en préparant, vers le mois de septembre, ma retraite et en redevenant finalement le simple adhérent que j’étais, toujours fidèle à la CFDT !

Je vous souhaite, à toutes et tous, plein succès dans la poursuite de vos engagements et de nombreuses négociations à venir … gagnantes naturellement !

 

Le Secrétaire Général de la FGTE-CFDT

Edgar STEMER

Dernières Actualités Actualités fédérales

Déconfinement : la FGTE-CFDT demande au Gouvernement de corriger de toute urgence des lacunes sur la sécurité sanitaire des salariés et des usagers des transports.
Le 13ème Congrès de la Fédération Générale des Transports et de l’Environnement (F.G.T.E.), prévu du 31 mars au 2 avril 2020 à l’Ile des Embiez (83140 - Six-Fours-les-Plages), a dû être reporté.
Le Bureau Fédéral de la F.G.T.E.-C.F.D.T., réuni le 30 mars 2020, prend les décisions nécessaires à la gestion de la crise sanitaire et à la continuité de l’action fédérale.
Si certains personnels de la fonction publique seront gagnants avec la réforme des retraites, les choix du gouvernement pénalisent fortement une majorité d'agents plus fragilisés.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.