Vous êtes ici

COMITÉ SOCIAL ET ÉCONOMIQUE : LA NOUVELLE INSTANCE ENTRE EN VIGUEUR

Soumis par redacteur le mer, 01/10/2018 - 09:58

Juste à temps ! Le dernier décret qui fixe les moyens humains et horaires applicables à défaut d’accord du comité social et économique (CSE) est paru au Journal officiel le 29 décembre 2017.

La nouvelle instance de représentation du personnel est donc pleinement opérationnelle depuis le début de l’année. Jusqu’au 1er janvier 2020, elle va progressivement se mettre en place dans toutes les entreprises d’au moins 11 salariés à chaque nouvelle élection professionnelle.

Dans les entreprises de 11 à 49 salariés, les membres du CSE auront grosso modo les prérogatives des actuels délégués du personnel. Et à partir de 50 salariés, le CSE regroupera également les compétences aujourd’hui attribuées au CE (comité d’entreprise) et au CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail). Dans les entreprises comptant moins de 11 salariés, il n’y a malheureusement aucun changement : l’employeur n’est toujours pas soumis à l’obligation d’organiser des élections.

Des pratiques réinterrogées

Avec cette nouvelle architecture, le gouvernement a souhaité regrouper les discussions liées aux questions économiques et celles liées aux conditions de travail jusqu’à présent traitées séparément. Dans les mois et années à venir, les représentants du personnel comme les directions vont donc devoir réinterroger leurs pratiques, d’autant que le nombre d’élus va sensiblement diminuer. Le nombre global d’heures de délégation restera en revanche presque identique afin de permettre à ces représentants d’assurer toutes leurs missions. Ce cadre très rigide – la CFDT aurait souhaité qu’il puisse se négocier afin de s’adapter aux réalités de chaque entreprise – donne tout de même la possibilité de créer des « représentants de proximité » au moyen d’un accord avec la direction.

Autre nouveauté, les membres du personnel siégeant au CSE seront tous élus pour une durée de quatre ans (sauf accord collectif stipulant le contraire). Et dans les entreprises de 50 salariés et plus, ils ne pourront pas assurer plus de trois mandats successifs.

jcitron@cfdt.fr

photo : © D.Allard / RÉA 

Dernières Actualités Actualités générales

Pour la première fois depuis dix-huit ans, le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS) présente un budget excédentaire. Revers de la médaille, le gouvernement en profite pour ne pas compenser une partie des exonérations de cotisation. Une dérive inquiétante.
La rencontre, au ministère du Travail, a duré un peu plus de deux heures. Réunis en multilatérale le 21 septembre, les partenaires sociaux se sont vu présenter les grandes orientations du document de cadrage sur l’assurance-chômage. Partant du constat que « la situation n’est pas satisfaisante », avec « une dualité du marché du travail qui s’accentue », le gouvernement souhaite une réforme systémique de l’assurance-chômage.
Initialement prévue en juillet, la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté a finalement été présentée le 13 septembre. Avec neuf millions de personnes (dont 3 millions d’enfants) qui vivent sous le seuil de pauvreté et cumulent des difficultés en matière d’emploi, de logement ou de santé, il y avait urgence à agir et à investir dans la cohésion sociale.
En vingt éditions, la campagne saisonniers n’a pas changé d’objectif : renseigner les travailleurs sur leurs droits. Avec une application smartphone en guise d’outil d’information.
Le suspense n’aura été que de courte durée. A peine rentré de vacances, le Premier ministre a dévoilé, dans une interview au Journal du dimanche datée du 26 août, les premiers arbitrages gouvernementaux concernant le budget 2019. A l’heure où l’économie française montre des signes d’essoufflement, l’exercice s’annonçait plus délicat que prévu – le gouvernement ayant dû réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2019 à 1,7 % contre 1,9 % jusqu’alors.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.

  • L’UNE DES PLUS IMPORTANTES RÉFORMES DU DROIT DU TRAVAIL DEPUIS CES DERNIÈRES ANNÉES


    Les ordonnances Macron ou ordonnances loi travail, qui prolongent la loi travail du 17 août 2015, réforment le Code du travail et transforment le droit du travail dans au moins quatre domaines importants : la négociation collective, la signature d’accords dans les plus petites entreprises, la rupture du contrat de travail et la mise en place d’une nouvelle instance représentative du personnel (IRP).

  • La représentation équilibrée des femmes et des hommes


    Depuis le 1er janvier 2017, les nouvelles règles relatives à la représentation équilibrée des femmes et des hommes s’appliquent.

  • NOS COLLÈGUES LES ROBOTS


    Plus rapides, plus réactifs, dotés de capacités de calcul supérieures, les robots bouleversent le monde du travail et réinterrogent la place des salariés.