Vous êtes ici

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Soumis par redacteur le jeu, 11/22/2018 - 11:01

POLLUTION DANS LES TUNNELS FERROVIAIRES : L’ÉTAT NE PROTÈGE PAS LES SALARIÉS

Les tunnels des métros sont pollués, les chiffres des taux de PM10 fournis par la RATP ainsi que les réseaux de province montrent que ceux-ci sont quatre à cinq fois plus importants par rapport à ce qu’il est admis pour l’air extérieur (décret nº 2010-1250 du 21 octobre 2010). Les particules proviennent du trafic routier, des chantiers d’entretien et de génie civil et des systèmes de freinage du matériel roulant.

Si le Conseil régional d’Île-de-France a dégagé un million d’euros pour trouver des solutions permettant d'améliorer la qualité de l'air dans les stations de métro ou de RER, l’État ne fait rien.

Cela fait 13 ans que la Fédération générale des transports et de l'environnement de la CFDT alerte les pouvoirs publics sur les conséquences de la pollution de l’air sur la santé des salariés. Un rapport publié en 2015 par Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) fait état dans ses conclusions des conséquences de la pollution aux PM10 pour la santé des salariés travaillant dans les établissements ferroviaires souterrains que par analogie avec les risques sanitaires documentés des particules de l’air extérieur urbain des effets délétères sont attendus sur la santé cardiovasculaire et respiratoire et émet des recommandations telles que le remplacement des moteurs thermiques, la
réduction du freinage mécanique, l’amélioration de la ventilation, etc.

LA FGTE-CFDT NE CESSE DE DEMANDER QUE DES MESURES SOIENT PRISES POUR PROTÉGER LES SALARIÉS

  • Surveillance médicale renforcée.
  • Prise en compte de la pénibilité par un départ anticipé à la retraite pour les salariés exposés depuis de nombreuses années à cette pollution
  • Remplacer les trains de travaux diésel par du matériel plus récent, interdire l’utilisation des groupes électrogènes
  • Révision de la valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) qui permet qu’une entreprise expose ses salariés à 5 000 μg de PM10 pendant huit heures.

LA FGTE-CFDT AVAIT SAISI LE CONSEIL D’ÉTAT (CE) POUR OBLIGER LES POUVOIRS PUBLICS À MODIFIER CETTE VLEP

En février 2017, le CE a rejeté notre demande sur le fait que « le ministre fait valoir qu'à la suite de cet avis il a, dès le 18 novembre – 2015 – ndlr suivant, saisi l'ANSES afin qu'elle formule des recommandations de nouvelles valeurs limites d'exposition professionnelle aux poussières génériques dans les lieux de travail (...) le ministre a seulement refusé, à cette date, l'abrogation de ces dispositions pour leur remplacement par de nouvelles dispositions ».

OÙ EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI ?

Malgré plusieurs demandes auprès de l’Anses suite à son engagement de publier un rapport permettant au ministère de modifier l’article R. 4222-10 du Code du travail, nous sommes toujours dans l’attente de sa publication, comme nous attendons que les ministères répondent à nos courriers.

LA FGTE-CFDT DEMANDE QUE L’ÉTAT PRENNE DES MESURES POUR PROTÉGER LES SALARIÉS EXPOSÉS À LA POLLUTION AUX PARTICULES FINES. PARMI LES 48 000 DÉCÈS, IL Y A AUSSI DES TRAVAILLEURS.

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement et secrétaire d’État auprès du Premier ministre, rappelle que 48 000 décès sont liés à la pollution de l’air chaque année et qu’il convient de mettre en place des politiques visant à protéger la population. 

MAIS QUE FAIT LE GOUVERNEMENT POUR PROTÉGER LES SALARIÉS TRAVAILLANT DANS LES TUNNELS FERROVIAIRES ?

captunnel.jpg

 

 

 

 

Dernières Actualités Actualités fédérales

Transports, les entreprises ne jouent pas l’esprit du CSE ! Le secteur maritime particulièrement touché, BRITTANY FERRIES en première ligne
DEMANDE D’OUVERTURE D’UNE CONFÉRENCE SOCIALE
Pour l’amélioration du pouvoir d’achat, pour le maintien des emplois, pour une protection sociale adaptée

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.