Vous êtes ici

COMMUNIQUE DE PRESSE

Soumis par redacteur le ven, 02/23/2018 - 11:29

L’ensemble des organisations syndicales de VINCI Autoroutes dépose un préavis de grève du 23 février à 4h00 au 25 février 2018 à 6h00.

Le niveau d’augmentation salariale 2018, tel que proposé par la direction de manière identique dans les sociétés ASF - ESCOTA et COFIROUTE a eu pour effet la mise en place d’intersyndicales dans chacune des trois sociétés. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FO et UNSA ont élaboré un préavis de grève de 2 jours comportant la même revendication :

CETTE DEMARCHE EST UNE PREMIERE POUR VINCI AUTOROUTES.

Ces préavis traduisent un « ras-le-bol » général face à une politique sociale et salariale de VINCI Autoroutes qui n’est absolument pas à la hauteur de la bonne santé financière de ces entreprises.

Nos revendications qui concernent l’ensemble du personnel portent sur une augmentation générale de 1,2%, accompagnée d’une augmentation forfaitaire de 50€ bruts mensuels permettant de tendre vers une réduction des écarts salariaux.

C’est à ce niveau-là que les intersyndicales ASF – ESCOTA – COFIROUTE fixent le « prix à payer » face aux gigantesques enjeux qui attendent les salariés du Groupe, en lien avec l’analyse des différents paramètres que sont la baisse drastique des effectifs, la suppression progressive des avantages acquis, le niveau d’inflation actuel, les excellents résultats financiers des trois entreprises, les niveaux de trafic observés et prévisionnels, et les perspectives économiques de VINCI Autoroutes…

 

DRH déconnectée ?

Suite au préavis de grève du 23 février à 4h00 au 25 février 2018 à 6h00, la direction a rencontré l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, FO, UNSA ce lundi 19 février.

Pour tenter une sortie de conflit, nous avons au final proposé une enveloppe globale de 2%, compromis à nos yeux très raisonnable, et donc atteignable.
En refusant cette proposition et en maintenant une enveloppe d’AG à 1,2% pour tous (sauf pour la Maîtrise Encadrement qui aurait une AG de 0,6% et pour les cadres I,J,K,L un talon de 1%), la DRH claque la porte.

Pourquoi en sommes-nous arrivés à ce préavis ?

Avec une inflation 2017 à 1% (hors tabac), les propositions de la direction s’apparentent davantage à de la provocation qu’à une réelle volonté d’aboutir à un accord.
Dans son repère RH N°113, la DRH donne des chiffres incontestables sur 3 ans, preuve que les accords NAO précédents étaient bien négociés. Par contre, en projetant les mesures NAO 2018 qu’elle souhaite appliquer cette année, cette démonstration s’écroule et nous donne raison.
De plus, elle dissimule volontairement certaines données :

  • Chute de l’intéressement 2018 de 17% (au minimum 350€ de perte par salarié) directement liée à la dégradation du niveau de service due à la baisse des effectifs dont seule l’entreprise est responsable.
  • Résultat net ASF/ESCOTA : 1,1 milliards d’€ soit 40% du résultat de VINCI !
  • Chiffre d’Affaires péages ASF : +3,6% (3 milliards d’€)
  • Redevances des installations commerciales : +5,1% (59,5 millions d’€)
  • Hausse des tarifs et du trafic : +4,2% PL & +1,5% VL

Les salariés souhaitent avant tout être
TOUS CONNECTÉS
avec un bon niveau de rémunération !
Il est encore temps pour la DRH de reprendre le dialogue.

Dernières Actualités Actualités fédérales

POLLUTION DANS LES TUNNELS FERROVIAIRES : L’ÉTAT NE PROTÈGE PAS LES SALARIÉS
DEMANDE D’OUVERTURE D’UNE CONFÉRENCE SOCIALE
Pour l’amélioration du pouvoir d’achat, pour le maintien des emplois, pour une protection sociale adaptée
Retour en vidéo sur la journée du 6 Juillet 2018 : LABEL SOCIAL

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.