Vous êtes ici

CONCERTATIONS : UN PREMIER ROUND SUR L’ARTICULATION ENTRE LA LOI, LA BRANCHE ET L’ENTREPRISE

Soumis par redacteur le ven, 06/16/2017 - 11:21

Reçue le 15 juin au ministère du Travail, la CFDT a plaidé pour renforcer le rôle de la branche en particulier sur les questions de la qualité de l’emploi.

Qu’est-ce qui doit relever de la loi ? Quelles règles incontournables doivent l’être aux branches ? Quels mécanismes doivent être ouverts à la négociation d’entreprise ? Ce sont ces questions qui ont été au cœur de la première semaine de concertations bilatérales au ministère du Travail. Inutile d’attendre les décisions du gouvernement ; l’heure est à l’écoute de chacun des partenaires sociaux : « Nous allons beaucoup écouter, peser les choses, tenter de convaincre, et aussi être convaincus par des positions qui seront défendues devant nous », avait prévenu la ministre Muriel Pénicaud lors de la présentation à la presse du programme de concertation. Reçue le 15 juin, la CFDT a donc détaillé ses premières propositions.

Renforcer le rôle de la branche

L’un de ses chevaux de bataille est de renforcer le rôle régulateur de la branche, en complétant de deux nouveaux thèmes – la lutte contre les discriminations et la qualité de l’emploi – les six domaines réservés déjà existants (salaires minima, classifications, garanties collectives complémentaires, mutualisation des fonds de la formation,  prévention de la pénibilité, égalité professionnelle...). « Les branches seraient alors responsables de la qualité de l’emploi dans leurs secteurs, notamment pour cadrer et adapter, dans les limites de la loi, les conditions de recours aux contrats courts et les dérogations aux 24 heures minimum pour le temps partiel en fonction des réalités de leurs secteurs d’activité », expliquent Véronique Descacq, secrétaire générale adjointe, et Marylise Léon, secrétaire nationale.

La CFDT a par ailleurs rappelé que « tout développement d’espaces de négociations implique que celles-ci soient tenues par les organisations syndicales ». Autre revendication, « la place et les moyens des représentants du personnel doivent être renforcés pour mener à bien leurs missions et peser sur les stratégies des entreprises et les conditions de travail ». Enfin, la CFDT a insisté sur son attachement à la constitution d’une banque des temps dans le cadre du compte personnel d’activité (CPA).

Une seconde séance de concertation sur le sujet est prévue avec le ministère, avant deux nouvelles séquences, l’une sur les institutions représentatives du personnel, l’autre sur « la sécurisation des relations de travail », avec la question du plafonnement des indemnités de licenciement accordées par les prud’hommes. La CFDT a prévenu qu’elle apprécierait « l’équité de cette réforme dans sa globalité ».

aseigne@cfdt.fr

photo © Hamilton/Réa 

POUR ALLER PLUS LOIN

Dernières Actualités Actualités générales

Alors qu’on commémore le drame du Rana Plaza (1 138 morts) au Bengladesh, Kalpona Akter, directrice d’une ONG bengladaise de défense des droits humains au travail fait le point sur les avancées sociales qu’a permis d’élaborer l’accord qui arrive à échéance en mai. Il faut le renouveler. Le collectif Ethique sur l'étiquette appelle à une marche commémorative ce soir à Paris.
Une délégation CFDT conduite par Laurent Berger a été reçue le 16 avril par Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, pour un premier tour de chauffe. La concertation s’engage.
Face à un gouvernement qui refuse pour l’heure de sortir de sa seule vision budgétaire de la transformation de l’action publique, la CFDT Fonctions publiques a lancé un appel à la mobilisation des agents le 22 mai. Avec un objectif : faire entendre ses revendications !
Tandis que le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire annoncé en février dernier est en discussion à l’Assemblée nationale, l’intersyndicale CFDT, CGT, Sud Rail, Unsa a reconduit le mouvement de grève, entamé le 3 avril, après un mois de discussions infructueuses.
Lever les freins juridiques, assouplir les conditions de mise en œuvre du télétravail et donner de nouvelles garanties aux télétravailleurs : telles sont les principales mesures sur le sujet, issues d’une des ordonnances Travail et reprises dans le code du travail. Une petite révolution ?

Pages

Dossiers à la une


  • L’UNE DES PLUS IMPORTANTES RÉFORMES DU DROIT DU TRAVAIL DEPUIS CES DERNIÈRES ANNÉES


    Les ordonnances Macron ou ordonnances loi travail, qui prolongent la loi travail du 17 août 2015, réforment le Code du travail et transforment le droit du travail dans au moins quatre domaines importants : la négociation collective, la signature d’accords dans les plus petites entreprises, la rupture du contrat de travail et la mise en place d’une nouvelle instance représentative du personnel (IRP).

  • La représentation équilibrée des femmes et des hommes


    Depuis le 1er janvier 2017, les nouvelles règles relatives à la représentation équilibrée des femmes et des hommes s’appliquent.

  • NOS COLLÈGUES LES ROBOTS


    Plus rapides, plus réactifs, dotés de capacités de calcul supérieures, les robots bouleversent le monde du travail et réinterrogent la place des salariés.