Vous êtes ici

Retour sur le dossier UBER au 21 Mars 2017

Soumis par Fabian Tosolini le mar, 12/13/2016 - 17:47

La discussion avec Uber a permis d'ouvrir un début de dialogue avec cette entreprise. La question de la rentabilité reste cependant une question dont le secteur doit s'emparer.

actif-vtc.jpg           cfdt_loti-vtc.png           udcf.png

L'intersyndicale ACTIF VTC - UDCF - CFDT VTC/Loti a reçu mardi 21 mars en fin d'après-midi, par mail, une communication de l'entreprise UBER.

Cette communication ne répond en rien aux revendications portées par l'intersyndicale. L'entreprise UBER cherche à nouveau à gagner du temps dans le traitement d'un dossier qui n'a que trop duré. 

L'intersyndicale suspend toutes négociations avec UBER tant que des propositions concrètes en réponse aux attentes des chauffeurs n'auront pas été communiquées.

Par son immaturité à mettre en place un dialogue social constructif faisant avancer l'ensemble du secteur des VTC, l'entreprise porte l'entière responsabilité de l'échec des négociations.

L'intersyndicale a pris contact avec le ministre des Transports pour être reçue dans les plus brefs délais afin d'évoquer avec lui cet échec et commencer les discussions pour la mise en place d'un tarif minimum applicable au secteur.

L'intersyndicale continuera, en parallèle, comme elle l’a fait le 20 mars, à discuter et négocier avec toutes les autres plateformes exerçant sur le territoire.

 

 

L'intersyndicale CFDT VTC/Loti- ACTIF VTC - CAPA VTC - UDCF ira chez UBER le 22 février prochain parler tarifications, revenus, déconnexions et aides aux chauffeurs en difficulté.

courrier_uber_-_demande_d_ouverture_de_negociation-page-001.jpg

courrier_uber_-_demande_d_ouverture_de_negociation-page-002_0.jpg

lettre_uber_courrier_du_13_fevrier_2017.jpg

 

reponse_lettre_syndicat_pour_uber_1-2.jpg

reponse_lettre_syndicat_pour_uber_2-2.jpg

 

Pour la première fois, durant six heures, la CFDT a rencontré l’entreprise Uber. Cette rencontre a permis d’ouvrir un début de dialogue avec cette entreprise.

Les questions de rentabilité du métier VTC et du travail indépendant ont été longuement débattues. Pour la CFDT, ces deux questions dépassent largement le cadre d’une réunion entre l’entreprise Uber et les représentants de chauffeurs CFDT.

Tout comme la protection sociale, la responsabilité sociale des plateformes et la reconnaissance du métier de VTC, la question de la rentabilité de leur activité doit être traitée par l’ensemble du secteur.

Pour forcer les plateformes à dialoguer et à prendre leurs responsabilités, la CFDT, après consultation de ses chauffeurs adhérents, appelle tous les VTC à se déconnecter massivement le 15 décembre prochain. Pour la CFDT, le niveau de rémunération des chauffeurs ne peut rester le fait du prince de l’ensemble des plateformes. Le dialogue doit aussi se construire avec les chauffeurs sur ce sujet.

Les conditions tarifaires en cours ne permettent pas aux VTC de vivre dignement, qu’ils soient indépendants ou salariés.

La CFDT demande aux entreprises de s’organiser afin de mettre en place un dialogue sectoriel et en appelle aussi à la responsabilité de l’Etat.

En savoir plus : Le dialogue s'engage avec Uber.

Les chauffeurs VTC ont annoncé qu'ils allaient mener de nouvelles actions demain à Pars et en banlieue. Ils reprochent à la plateforme américaine de ne pas assez les rémunérer. Les VTC devaient reprendre vendredi 23 décembre à l'aube leur grève et barrages filtrants aux aéroports d'Orly et Roissy pour inciter Uber à relever ses tarifs, qu'ils jugent "indignes", alors qu'un médiateur nommé par le gouvernement vient de démarrer sa mission. 

Pour rappel, Uber avait proposé de débloquer un fonds de 2 millions d'euros pour venir en aide aux chauffeurs en difficulté qui avaient protesté, notamment en bloquant les accès à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Mais le géant américain refuse toujours de repasser sa commission sur chaque course à 20% au lieu de 25%. "On est arrivé à un point de rupture, on a tout essayé", regrette Fabian Tosolini, le secrétaire général adjoint de la CFDT Transports Environnement.

"On a essayé de négocier jusqu'au bout, on a accepté de participer aux tables rondes de sortie de crise mise en place par le ministère (des Transports, ndlr)", précise Fabian Tosolini. Pour lui, le fonds d'indémnisation est une "provocation", car ce qui est important pour les chauffeurs c'est de voir leur rémunération augmenter, ce qui ne sera pas le cas, face au refus d'Uber d'abaisser sa commission. 

Publication : RTL

Pour Adhérer : Bulletin Adhesion Vtc

 

Dernières Actualités Actualités fédérales

Déconfinement : la FGTE-CFDT demande au Gouvernement de corriger de toute urgence des lacunes sur la sécurité sanitaire des salariés et des usagers des transports.
Le 13ème Congrès de la Fédération Générale des Transports et de l’Environnement (F.G.T.E.), prévu du 31 mars au 2 avril 2020 à l’Ile des Embiez (83140 - Six-Fours-les-Plages), a dû être reporté.
Le Bureau Fédéral de la F.G.T.E.-C.F.D.T., réuni le 30 mars 2020, prend les décisions nécessaires à la gestion de la crise sanitaire et à la continuité de l’action fédérale.
Si certains personnels de la fonction publique seront gagnants avec la réforme des retraites, les choix du gouvernement pénalisent fortement une majorité d'agents plus fragilisés.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.