Vous êtes ici

BIBUS, KÉOLIS BREST. La CFDT obtient une note de 23 sur 24 et réussit son examen de passage

Soumis par Gregory Chemin ... le sam, 04/02/2016 - 16:04

Chapeau: 
Après trois ans de travail intense et de dossiers importants à traiter, la section CFDT Bibus se présentait devant les salariés pour valider sa politique revendicative.

Audience de groupes: 
Urbain/activité du déchet
Image à la une: 

Après trois ans de travail intense et de dossiers importants à traiter, la section CFDT Bibus se présentait devant les salariés pour valider sa politique revendicative. Le nouveau délégué syndical de la section, Luc Daniel, a construit son équipe
en prenant en compte les enjeux majeurs auxquels seront confrontés les militants CFDT brestois. Les effets désastreux d’un contrat signé entre la collectivité et Keolis ainsi que la mise en place d’un téléphérique en centre-ville seront deux dossiers à suivre avec la plus grande attention. L’entreprise a perdu en un an 26 conducteurs du fait d’une baisse de production imposée par des résultats négatifs abyssaux. La morosité nationale actuelle faisait craindre un essoufflement de la participation. Il n’en a rien été. Près de 89 % des salariés se sont déplacés pour reconnaître le bilan de la CFDT des trois dernières années. Sur les 24 postes à pourvoir au premier collège (6 titulaires et 6 suppléants CE, 6 titulaires et 6 suppléants DP), la CFDT en a brillamment remporté 23. La CGT se contentera d’un poste de suppléant en DP. Au deuxième collège, la CFDT ne présentait pas de candidats cette année et c’est la CGT qui remporte les 4 sièges. La section est représentative à hauteur de 79,5 %, ce qui est remarquable au vu des difficultés rencontrées et de la démagogie que le syndicat minoritaire n’a pas manqué de réaliser.
Tous les atouts sont aux mains de la CFDT et la nouvelle direction ne pourra que s’appuyer sur notre vision réaliste des difficultés rencontrées par les salariés de l’entreprise.
Ramener un climat serein par la signature de bons accords salariaux et une nouvelle approche dans les relations sociales, seront les challenges des militants pour gagner les enjeux de demain.

PATRICK CÉVAËR

Dernières brèves Urbain/activité du déchet

Suite à la dénonciation de tous les accords par l’employeur et après avoir signé un accord d’entreprise soit disant « au rabais et démolisseur de nos conditions de travail », la section avait des appréhensions sur le résultat des élections professionnelles. D’autant plus que l’accord signé a su préserver l’intégralité des intérêts de chaque salarié.
Audience de groupes:
Pendant 7 longues années, le syndicalisme s’était mis en sommeil à Choletbus. Les élections professionnelles de 2014 arrivent et après un premier tour sans formation syndicale, Stéphane est élu au second tour, sans étiquette.
Audience de groupes:
La section a pris la décision de faire l’impasse sur l’augmentation du point 100 lors des NAO 2016 mais de négocier la mise en place d’une prévoyance.
Audience de groupes:
Philippe, auparavant conducteur à Nancy et ancien adhérent CFDT, travaille depuis plusieurs années dans le réseau de Sète. Il a décidé de reprendre contact avec le SNTU pour créer une section CFDT.
Audience de groupes:
Depuis le 1er septembre, un changement important apporte des modifications concernant les heures de délégations pour les délégués syndicaux dans les entreprises. Extrait des articles en question.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.