Vous êtes ici

Garantie jeunes: la moitié en emploi ou formation après un an de suivi

La garantie jeunes, dispositif créé fin 2013, nouveau dispositif d'accompagnement des jeunes décrocheurs, augmente leurs chances de trouver un emploi ou une formation, selon un projet d'avis du Conseil économique, social et environnemental (Cese) publié mercredi.

"48% des jeunes sont en emploi ou en formation après une année de suivi, contre 38 %" pour ceux qui ne bénéficient pas de la garantie jeunes, écrit le Cese.

"Les sorties anticipées du dispositif ne concernent que 7% des bénéficiaires", ajoute le Cese.

Cependant, "la moitié est en contrat à durée déterminée, mais peu d'entre eux sont en formation certifiante", selon le Cese. Et, "96 % des jeunes qui entrent dans l'expérimentation étaient déjà connus des Missions locales". La garantie jeunes n'a donc pas permis d'identifier les jeunes les plus éloignés de l'emploi.

Le Conseil s'appuie sur des chiffres de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), qui doit livrer une évaluation plus complète du dispositif en septembre.

Destiné aux jeunes ni en emploi ni en formation, la garantie jeune offre, pour une durée d'un an, un accompagnement renforcé, des périodes en entreprise et une allocation mensuelle de 450 euros. La durée peut être prolongée de 6 mois, au cas par cas.

En 2014, elle a été testée dans 10 territoires, auprès de 8.400 jeunes. L'expérimentation doit être étendue pour bénéficier à 50.000 jeunes d'ici la fin 2015, avec un objectif de 100.000 jeunes en 2017.

Un chiffre faible rapporté au 1,6 à 1,9 million de jeunes de 15 à 29 ans qui ne sont ni en emploi ni en formation, selon le Cese. Son assemblée préconise donc "une montée en charge" de la garantie jeunes "pour qu'elle devienne un droit" pour tous ces décrocheurs.

Dans son projet d'avis, intitulé "sécuriser les parcours d'insertion des jeunes", le Cese note que la crise a dégradé la situation des jeunes, dont un cinquième vit sous le seuil de pauvreté, et plaide pour une "véritable politique de jeunesse".

S'il salue quelques avancées ces dernières années, le Cese demande notamment un réel effort de coordination des politiques publiques et de simplification du "mille feuille" des aides réservées aux jeunes, pour limiter le non recours aux droits.

Pour en savoir plus sur la Garantie Jeunes

infographie-gj1.png

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.