Vous êtes ici

La Coordination Ouest a regroupé 50 militants studieux et motivés à Nantes.

Soumis par Gregory Chemin ... le ven, 04/01/2016 - 18:52

Chapeau: 
Les militants de la région Ouest du SNTU-CFDT s’étaient donnés rendez-vous à Nantes les 17 et 18 novembre pour débattre des problèmes rencontrés sur leurs réseaux. Ceux-ci étaient issus de 18 sections sur les 26 que compte la région. Les échanges ont été nombreux et riches.

Audience de groupes: 
Urbain/activité du déchet
Image à la une: 

Les animateurs de la région ont débuté la réunion par une minute de silence en hommage aux nombreuses victimes des attentats Parisiens du 13 novembre 2015.
Durant ces deux jours, le SNTU a fait le point sur les gros dossiers en cours de discussion au sein de la Branche Urbain. Ainsi, nous avons présenté l’accord sur la Formation Professionnelle signé le 7 juillet par la CFDT et détaillé les mesures en faveur des salariés et des apprentis.
Puis l’état de l’avancée des négociations en cours sur la « Sécurisation des Parcours Professionnels » et sur le « Dialogue Social », ont fait apparaître le peu de chance de signature avant la fin de l’année.
La loi Rebsamen du mois de juillet 2015 et ses conséquences sur les instances comité d’entreprise et délégués du personnel ont donné lieu à des débats animés, car bon nombre de directions vont essayer de diminuer leurs coûts de fonctionnement en mettant en place de manière unilatérale le regroupement des instances dans les entreprises de moins de 300 salariés (18 réseaux concernés sur les 26 que compte la région Ouest). Il est évident que les salariés seront les premiers pénalisés par cette mesure qui donnera moins de moyens en temps aux militants à consacrer aux oeuvres sociales du comité d’entreprise et à la défense des salariés.
Monique Rabussier, formatrice à la FGTE nous a ensuite expliqué les enjeux de la Qualité de Vie au Travail (QVT) et tout l’intérêt pour la CFDT de s’approprier ce dossier qui ne peut qu’apporter du bien être pour les acteurs de la profession. A ce sujet, le questionnaire QVT réalisé par l’équipe d’Angers est un exemple à suivre (42% de réponses). Monique est aussi intervenue sur le dossier pénibilité au travers de la présentation d’un « power point » très explicite.
La deuxième journée s’est terminée par un tour de table des sections présentes, où chacune a pu détailler ses difficultés liées aux contraintes budgétaires des collectivités et présenter ses orientations revendicatives pour les négociations de 2016.

POUR LA RÉGION OUEST,
PATRICK CÉVAËR

Dernières brèves Urbain/activité du déchet

Répressions syndicales et dialogue antisocial au sein de KEOLIS, filiale de la SNCF...
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de Transports Urbains n°91 : "LE QUESTIONNAIRE SNTU, UN OUTIL SYNDICAL UNIQUE POUR LES NAO"
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de "Transport Urbain" n°90 : les actualités sur les réseaux de Rouen, Cherbourg, Bayonne, Beauvais, Boulogne sur Mer, Besançon, Lille, St Malo, Strasbourg, Brest, et Saumur.
Audience de groupes:
La négociation improductive le 16 Octobre dernier a amené une journée de grève le 20 Octobre, où la mobilisation des salariés des transports urbains a été importante.
Audience de groupes:
Le 20 octobre 2017 tous les salariés des Transports Urbains seront en grève.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.