Vous êtes ici

La prime d'activité, enfin une prime pour les jeunes actifs !

Après deux années de réflexion et de concertation, le Premier ministre a annoncé début Mars la création de la prime d’activité au 1er Janvier 2016.

Cette création est le résultat de la fusion du RSA activité et de la Prime pour l’emploi (PPE), deux dispositifs qui remplissaient mal leurs objectifs.

La CFDT salue cette décision. La prime va répondre à une double finalité: inciter à la reprise d’activité et augmenter le pouvoir d’achat des travailleurs pauvres.

Comme le souhaitait la CFDT, cette prime sera enfin accessible aux 18-25 ans. C’est donc plus de 4 millions d’actifs qui seront éligibles à la prime, dont 700 000 jeunes. C’est la fin d’une inégalité, puisque les jeunes actifs ne peuvent pas aujourd’hui bénéficier du RSA activité. Avec ce nouveau droit, les bénéficiaires ont la garantie d’un revenu complémentaire stabilisé et connu, pendant 3 mois, quel que soit la variation de leur activité.

La prime d’activité sera discutée dans le cadre du projet de loi de modernisation du dialogue social et devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2016.

La CFDT sera vigilante sur la mise en œuvre concrète de la prime qui devra éviter les difficultés rencontrées par le RSA activité : simplification du dossier, moins d’indus, pour finalement un recours plus élevé au droit.

La prime d’activité était un des engagements du plan pauvreté qui franchit aujourd’hui une nouvelle étape.

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.