Vous êtes ici

Martigues : Une entreprise paradoxale

Soumis par Gregory Chemin ... le lun, 09/19/2016 - 15:34

Chapeau: 
Les NAO qui viennent de se dérouler sont les meilleures dont nous ayons eu connaissance dans les transports urbains où l’augmentation du point 100 ne dépasse pas 0,7% et est bien souvent comprise entre 0,2 et 0,6%.

Audience de groupes: 
Urbain/activité du déchet
Image à la une: 

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, le fonctionnement des IRP pose problème. La section a vécu la tenue d’élections professionnelles rocambolesques puisque ce sont des candidatures uninominales et non des listes qui ont été soumises aux électeurs ! Et il a fallu revoter pour élire les élus du CE. Nous avons mis cela sur le fait que l’entreprise était passée de moins de 50 salariés à plus de 120 en peu de temps et qu’il fallait qu’elle étoffe sa direction des ressources humaines.

Il a fallu nous rendre à l’évidence, ce n’est pas une méconnaissance des textes mais bien des pratiques assumées pleinement
par l’entreprise. Dernier avatar de cette gestion c’est le déficit de 800000€ de la prévoyance avec comme corollaire une hausse des cotisations supportées par les salariés.

La direction n’a jamais informé les élus sur le déficit des années précédentes, comme la loi le lui impose.

Cette dernière nouvelle a fait réagir la section. Le directeur fidèle à son habitude ne donnait aucune information et faisait le dos rond sans doute en espérant que cela passe. Les élus CFDT décidaient de faire voter en CE une expertise des comptes de l’entreprise avec comme objectif de voir les rapports entre l’entreprise et l’autorité organisatrice. Ils ont consulté une avocate pour envisager les suites à donner à l’absence d’information obligatoire sur le contrat de prévoyance.

Nous avons utilisé le terme « paradoxale » au début de cet article car nous avons à faire à une régie à simple autonomie financière qui dépend de la communauté d’agglomération du pays de Martigues dont la ville est gérée par le Parti Communiste. Nous avons essayé à de nombreuses reprises de rentrer en contact avec les responsables politiques mais en vain.

A l’heure où le contenu du Code du travail est attaqué pour sa soi-disante lourdeur, il est plus que surprenant que le PCF se conduise comme le Medef.

Comme si cela ne suffisait pas, le maire envisage que Transdev exploite le réseau alors qu’il avait écrit il y a moins d’un an dans un livre «Métropole, un autre chemin que la gestion en mode public est la seule garantie possible pour maintenir les solidarités, les équilibres territoriaux, la mixité sociale, l’égalité de traitement, dans une vision d’intérêt général ».

La section décidait avec la CGT de déposer une alarme sociale avec comme motif le maintien d’une gestion publique. Un premier arrêt d’avertissement, fin mars, a permis de mesurer la détermination des salariés.

Si le maire ne prenait pas un autre chemin que confier la gestion d’Ulysse à un opérateur privé, il devra faire face à un mouvement de grève de grande ampleur.

SALIMA BERTHON

 

Les avancées obtenues lors des NAO
A Martigues, la section CFDT a signé :
• Un point 100 qui passe de 9,71 € à 9,88 € soit 1,75%.
• Prime de présentéisme qui évolue de 560,61 € à 570,42 €.
• PNA de 300,29 € à 305,54 €. Les contrôleurs de route en bénéficieront à compter du 1er janvier 2016.
• Prime de dimanche et férié :
- 1er collège :
la prime du matin passe de 64,45 € à 65,58 €, celle de l’après-midi est fixée à 77,34 € et pour la journée à 154,27 €.
- 2e collège :
la prime du matin est portée à 65,58 € celle de l’après-midi à 131,15 €, et pour la journée à 206,73 €.
• L’indemnité de repas décalé est portée à 7,69 € contre 7,56 €.
• La prime de nettoyage mensuelle est de 5,30 €.
• Revalorisation des médailles :
- Argent : de 563,42 € à 573,28 €,
- Vermeil : de 781,11 € à 794,78 €,
- Or : de 1114,04 € à 1133,53 €.
• La participation de l’employeur aux oeuvres sociales est portée de 258,19 € à 262,71 € par salarié.
• La prime de qualité annuelle est portée au maximum à 254,37 € en avril 2017 et 305,55 € en 2018.
• Bonus présentéisme constitué d’une partie fixe de 137,56 € au lieu de 135 € et une partie évolutive qui tient compte du nombre de jours travaillés dans l’année.
• Création d’une prime de vacance de 300 € bruts qui tient compte du temps de présence.

Dernières brèves Urbain/activité du déchet

Répressions syndicales et dialogue antisocial au sein de KEOLIS, filiale de la SNCF...
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de Transports Urbains n°91 : "LE QUESTIONNAIRE SNTU, UN OUTIL SYNDICAL UNIQUE POUR LES NAO"
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de "Transport Urbain" n°90 : les actualités sur les réseaux de Rouen, Cherbourg, Bayonne, Beauvais, Boulogne sur Mer, Besançon, Lille, St Malo, Strasbourg, Brest, et Saumur.
Audience de groupes:
La négociation improductive le 16 Octobre dernier a amené une journée de grève le 20 Octobre, où la mobilisation des salariés des transports urbains a été importante.
Audience de groupes:
Le 20 octobre 2017 tous les salariés des Transports Urbains seront en grève.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.