Vous êtes ici

Modification concernant les heures de délégations pour les délégués syndicaux

Soumis par Gregory Chemin ... le ven, 09/02/2016 - 17:08

Chapeau: 
Depuis le 1er septembre, un changement important apporte des modifications concernant les heures de délégations pour les délégués syndicaux dans les entreprises. Extrait des articles en question.

Audience de groupes: 
Urbain/activité du déchet
Image à la une: 

Article L2143-13 Modifié par LOI n°2016-1088 du 8 août 2016 - art. 28

Chaque délégué syndical dispose d'un temps nécessaire à l'exercice de ses fonctions.

Ce temps est au moins égal à :

1° Douze heures par mois dans les entreprises ou établissements de cinquante à cent cinquante salariés ;

2° Dix-huit heures par mois dans les entreprises ou établissements de cent cinquante et un à quatre cent quatre-vingt-dix-neuf salariés ;

3° Vingt-quatre heures par mois dans les entreprises ou établissements d'au moins cinq cents salariés.

Ce temps peut être dépassé en cas de circonstances exceptionnelles.

Sauf accord collectif contraire, lorsque le représentant du personnel élu ou désigné est un salarié mentionné à l'article L. 3121-58, le crédit d'heures est regroupé en demi-journées qui viennent en déduction du nombre annuel de jours travaillés fixé dans la convention individuelle du salarié. Une demi-journée correspond à quatre heures de mandat. Lorsque le crédit d'heures ou la fraction du crédit d'heures restant est inférieur à quatre heures, le représentant du personnel en bénéficie dans des conditions définies par un décret en Conseil d'Etat.

 

Article L2143-16 Modifié par LOI n°2016-1088 du 8 août 2016 - art. 28

Chaque section syndicale dispose, au profit de son ou ses délégués syndicaux et des salariés de l'entreprise appelés à négocier la convention ou l'accord d'entreprise, en vue de la préparation de la négociation de cette convention ou de cet accord, d'un crédit global supplémentaire dans la limite d'une durée qui ne peut excéder :

1° Douze heures par an dans les entreprises d'au moins cinq cents salariés ;

2° Dix-huit heures par an dans celles d'au moins mille salariés.

Dernières brèves Urbain/activité du déchet

Suite à la dénonciation de tous les accords par l’employeur et après avoir signé un accord d’entreprise soit disant « au rabais et démolisseur de nos conditions de travail », la section avait des appréhensions sur le résultat des élections professionnelles. D’autant plus que l’accord signé a su préserver l’intégralité des intérêts de chaque salarié.
Audience de groupes:
Pendant 7 longues années, le syndicalisme s’était mis en sommeil à Choletbus. Les élections professionnelles de 2014 arrivent et après un premier tour sans formation syndicale, Stéphane est élu au second tour, sans étiquette.
Audience de groupes:
La section a pris la décision de faire l’impasse sur l’augmentation du point 100 lors des NAO 2016 mais de négocier la mise en place d’une prévoyance.
Audience de groupes:
Philippe, auparavant conducteur à Nancy et ancien adhérent CFDT, travaille depuis plusieurs années dans le réseau de Sète. Il a décidé de reprendre contact avec le SNTU pour créer une section CFDT.
Audience de groupes:
L’INSPECTION DU TRAVAIL REFUSE LE LICENCIEMENT DU MILITANT CFDT LANCEUR D’ALERTE, QUI A DENONCÉ DES PHOTOS PEDOPORNOGRAPHIQUES A TRANSDEV LE HAVRE
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.