Vous êtes ici

ROUEN : 2015, une année de transition

Soumis par Gregory Chemin ... le mer, 12/02/2015 - 16:32

Chapeau: 
Pour l’équipe de la section de Rouen, l’année 2015 est une année charnière avec, d’un côté, une direction très changeante dans l’entreprise, et de l’autre, des élections professionnelles qui se profilent au mois de novembre.

Audience de groupes: 
Urbain/activité du déchet
Image à la une: 

Le renouveau d’une équipe
Fin 2012, la section SNTU-CFDT des Transports en Commun de l’Agglomération Rouennaise (TCAR) se retrouve sans leader aux commandes.
Après concertation entre le SNTU et la section, Grégory Chemin-Boiteau est nommé délégué syndical de la section. Adhérent à la CFDT depuis 2008 et conducteur-receveur sur le métro, le bus et le TEOR (BHNS à guidage optique), Grégory a
une bonne connaissance des différents secteurs de l’entreprise et a déjà participé à la vie syndicale de la section en tant que représentant syndical au CHSCT. Lors des élections professionnelles de 2013, le SNTU-CFDT confirme sa place d’organisation syndicale représentative dans l’entreprise en conservant son élu titulaire et son suppléant aux délégués du personnel, son titulaire et son suppléant au CE, et gagne un membre élu au CHSCT. Notre syndicat devient alors un acteur incontournable de la vie sociale dans l’entreprise, malgré une CGT majoritaire et agressive qui ne supporte pas notre progression.
Alors qu’un accord sur l’égalité professionnelle fin 2013 est signé dans la société, la section SNTU CFDT peut se vanter de répondre déjà à ce critère puisque l’équipe est composée d’un grand nombre de femmes. En effet, la section a en son sein une
élue titulaire aux DP, une élue suppléante au CE et le membre élu au CHSCT est une femme. Cette tendance s’est confirmée récemment avec la désignation de Vanessa Lassalle comme représentante syndicale de la section au 1er collège.

Depuis 2013, l’équipe CFDT s’est habituée à travailler différemment, avec une nouvelle dynamique, influée par une présence importante sur le terrain. Une politique de communication efficace, la mise en place d’une permanence deux fois par mois
pour accueillir de nouveaux adhérents et répondre aux questions des membres de la section, et la tenue une à deux fois par mois d’une réunion des membres élus pour faire un point sur les dossiers permettent de prendre les bonnes décisions sur les
sujets sociaux importants.
Ce travail est récompensé, puisque progressivement, la section augmente ses rangs avec l’arrivée de nouveaux adhérents. L’équipe SNTU-CFDT est régulièrement sollicitée par les salariés. C’est la confirmation que nous sommes désormais reconnus
pour notre écoute et notre efficacité au sein de l’entreprise.

Une nouvelle direction…
Ces derniers temps, la section SNTU-CFDT de Rouen a dû composer avec un jeu de chaises musicales important au sein de l’équipe de direction de la TCAR. Ce jeu a commencé en mai 2014 avec l’arrivée d’un nouveau directeur des ressources
humaines qui a marqué le début d’une nouvelle ère de dialogue social plus productif qu’auparavant.
Une « valse des étiquettes » a eu lieu dans l’encadrement de l’entreprise et il a été difficile aux différents élus de reprendre des repères pour identifier les bons interlocuteurs en fonction du sujet traité.
En janvier 2015, un directeur des opérations prend ses fonctions et compose ainsi le triangle décisionnel de l’entreprise avec le DRH et le responsable d’exploitation autour du directeur du réseau.
Celui-ci veut instaurer beaucoup de changements dans la société et donne du fil à retordre aux organisations syndicales représentatives. C’est sans compter sur le grand chantier entrepris entre temps par la direction (épaulé par Transdev, TCAR étant une filiale de ce groupe) sur « le Paquet Social » qui vise à revisiter et à réactualiser certains accords d’entreprise. L’objectif affiché est de réaliser des économies le plus rapidement possible, au vu de la situation financière critique et inquiétante de l’entreprise. Même si le dossier paraît sensible et épineux, l’équipe SNTU-CFDT joue le jeu et entame
les négociations en concertation continue avec ses adhérents et les salariés sur les sujets évoqués pour avoir la garantie de manoeuvrer conformément aux attentes du terrain.

Des négociations annuelles, malgré une situation délicate
En parallèle, les négociations annuelles obligatoires se déroulent dans un climat tendu. La direction ne lâche rien en raison de la situation économique catastrophique de la société. La section CFDT prend la décision de signer le protocole des NAO pour «
sauver les meubles » et éviter une « année blanche ». Deux augmentations du point 100 (0,20% au 1er février, 0,20% au 1er septembre), l’ouverture des négociations pour la mise en place d’une prime de nettoyage (revendication propre au SNTU-CFDT),
l’augmentation de la part de la mutuelle (de 3,10% à 3,20%), le passage au statut le plus élevé pour les agents de maîtrise l’année de leur départ en retraite et l’augmentation de la prime d’astreinte pour les personnels du technique (revendication propre au SNTU-CFDT) viennent améliorer le pouvoir d’achat des salariés de la TCAR pour 2015.

Et un nouveau directeur !
Le coup de théâtre arrive fin mai 2015. A la surprise de tous, le président directeur donne sa démission pour raisons personnelles, après plus de sept années passées à ce poste. L’organisation de la direction est chamboulée en attendant l’arrivée d’un nouveau dirigeant. La situation se complique début juillet 2015 avec le décès soudain du nouveau directeur
des opérations. Le groupe doit précipiter les choses dans l’urgence et le nouveau directeur du réseau prend ses fonctions au cours de la troisième semaine de juillet. Une de ses premières missions est de rencontrer les différentes organisations syndicales de l’entreprise. Le dirigeant arrive du réseau de Reims et doit se donner quelques semaines pour prendre
ses marques dans notre entreprise. Le « Paquet Social » est mis en suspens mais d’autres dossiers, obtenus et signés lors des NAO par la section CFDT, sont maintenus en négociation tels que la mise en place d’une prime de nettoyage pour les vêtements professionnels.

Des élections professionnelles prometteuses
Désormais, l’équipe du SNTU-CFDT se prépare activement aux élections professionnelles qui sont programmées
le mardi 17 novembre 2015 et compte sur la reconnaissance des salariés de la société pour valider le travail effectué par notre équipe syndicale depuis deux ans, et ainsi confirmer la nouvelle dynamique entreprise. La communication et la présence
sur le terrain sont les maîtres mots des membres de la section pour aller dans ce sens.

Dernières brèves Urbain/activité du déchet

Répressions syndicales et dialogue antisocial au sein de KEOLIS, filiale de la SNCF...
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de Transports Urbains n°91 : "LE QUESTIONNAIRE SNTU, UN OUTIL SYNDICAL UNIQUE POUR LES NAO"
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de "Transport Urbain" n°90 : les actualités sur les réseaux de Rouen, Cherbourg, Bayonne, Beauvais, Boulogne sur Mer, Besançon, Lille, St Malo, Strasbourg, Brest, et Saumur.
Audience de groupes:
La négociation improductive le 16 Octobre dernier a amené une journée de grève le 20 Octobre, où la mobilisation des salariés des transports urbains a été importante.
Audience de groupes:
Le 20 octobre 2017 tous les salariés des Transports Urbains seront en grève.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.