Vous êtes ici

Se loger : une galère pour 70 % des 18-30 ans

Une enquête publiée mardi 17 mars révèle que parmi les 18-30 ans, 70 % ont déjà été confrontés à des difficultés d’accès au logement. il est aussi à noter que près de 20 % d’entre eux habitent encore chez leurs parents.

Lorsque l’on mélange jeunesse et logement, le premier mot qui vient en tête des jeunes reste «galère».

Selon une enquête réalisée par l’Afev, l’observatoire de la jeunesse solidaire, et publiée le mardi 17 mars 2015, sept jeunes sur dix ont déjà été confrontés à des difficultés d’accès au logement.

Il y a les «Tanguy» qui n’ont pas d’autre choix pour 29 % de ceux qui connaissent des difficultés et ceux qui pour 26 % d'entre-eux ne peuvent louer faute de moyens.

Plus d’un jeune sur dix s’est retrouvé sans logement ou en situation précaire avec un quart d’entre eux qui ont dû sacrifier le budget santé ou alimentation pour pouvoir payer le loyer.

Autre fait marquant: 21 % déclarent n’avoir pas eu accès à un logement, car sans emploi ou avec un emploi précaire. Pour faciliter leur situation, 18 % des sondés qui disposent de leur propre logement reçoivent une aide financière familiale (dans un cas sur deux, il s’agit de se porter caution). Si la plupart des 18-30 ans a quitté le nid (81 %), les 19 % de jeunes qui habitent encore au domicile parental le font (pour 66 % d’entre eux) par obligation.

Les jeunes optent en majorité pour le parc privé (39 %), 20 % vivent en HLM, résidence étudiante… et seuls 18 % sont propriétaires.

Il est d’autant plus facile de voler de ses propres ailes lorsqu’on a un travail: parmi ceux qui ont leur propre logement, près des trois quarts ont une activité professionnelle, alors que ceux qui vivent encore sous le même toit que leurs parents sont en formation pour 24 % d’entre eux, ou sans activité (38 %). Les jeunes optent en majorité pour le parc privé (39 %), 20 % vivent en HLM, résidence étudiante, foyer de jeunes travailleurs ou encore en centre d’hébergement et de réinsertion sociale. Seuls 18 % sont propriétaires.

Sans surprise, plus on vieillit, et moins on vit avec ses parents: 28 % des 18-24 ans sont en hébergement gratuit (parents, amis, famille) contre 18 % des 25-30 ans. Enfin, les 18-30 ans vivent pour près de la moitié d’entre eux en centre ville, un tiers en zone péri-urbaine et moins d’un quart en milieu rural.

Source : lefigaro.fr

picto-pdf.png rapport_observatoire_jeunesse_solidaire_2015.pdf

Il est à noter que la CFDT en 2011 a choisi de négocier sur l'accompagnement des jeunes dans leur accès au logement, afin de favoriser leur accès à l'emploi. Les avancées que la CFDT avait obtenues par la négociation, l'avait encouragée à signer l'accord.
Sans toutefois résoudre l'ensemble de la problématique du logement des jeunes, cet accord avait constitué un premier pas historique, puisqu'aucun accord national interprofessionnel sur le logement n'avait jusque-là été conclu en ces termes. Il avait marqué l'entrée de la question du logement dans l'agenda des négociations des partenaires sociaux.

picto-pdf.png argumentaire_cfdt_le_logement_des_jeunes.pdf

 

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.