Vous êtes ici

Six jeunes sur dix seraient favorables aux syndicats

Les jeunes de moins de 30 ans ne rejettent pas les syndicats, et 61 % d'entre eux en ont une vision plutôt positive, selon une étude publiée mardi 7 avril.

Dans un climat d'instabilité, l'Association Travail Emploi Europe Société (ASTRESS), qui s'intéresse aux jeunes et à leur rapport au travail, a publié une étude qui s'intitule : "Travail et engagement professionnel, les jeunes prennent la parole". Ce sondage porte sur les moins de 30 ans dont la moitié est en activité professionnelle... Ils ont pour la plupart trois préoccupations majeures lorsqu'ils cherchent un emploi : une bonne ambiance de travail, une activité intéressante et un équilibre entre leur travail et leur vie professionnelle.

Une jeunesse prête à s'engager

Si une grande part d'individualisme ressort chez les jeunes dans ce sondage, plus de la moitié d'entre eux sont tout de même favorables à s'engager dans des ONG ou associations aujourd'hui. "L'envie d'être avec les autres" motive trois-quarts d'entre eux à se mobiliser. 68% seraient même prêts à participer à des mouvements de révolte de grande ampleur si nécessaire !

Ils sont plus de soixante pourcent (61%) à avoir une vision positive du rôle de syndicaliste, tandis que les autres considèrent que ce n'est qu'un moyen de contestation. Les grandes causes de la société et les défenses de leurs droits sont donc encore aujourd'hui des préoccupations majeures des jeunes générations.

" Les moins de 30 ans restent optimistes "

Malgré le contexte de chômage massif actuel (3.494.000 chômeurs fin février 2015), trois-quarts des sondés sont confiants quant à leur avenir professionnel : "Ils veulent travailler et s'y donner à fond, à condition cependant que ce ne soit pas n'importe quoi ! La fierté du travail bien fait est au moins égale à celle de la génération qui les précède."

Afin de mettre un point d'honneur à cette enquête, l'ASTRESS n'a pas hésité à formuler plusieurs propositions afin de rendre encore plus simple le rapport des jeunes à la vie active. Notamment "instituer des forums jeunes en milieu professionnel", "conclure des pactes intergénérationnels en entreprise" ou encore "repenser le dialogue social afin de faire place aux jeunes". D'après un sondage Ipsos datant d'octobre dernier, les jeunes attendent encore malgré tout plus de reconnaissance de leur patron au travail. Un effort qui devra être fait par les entreprises afin fidéliser leurs jeunes employés...

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.