Vous êtes ici

Strasbourg : Une année 2015 riche en négociations

Soumis par Gregory Chemin ... le sam, 04/02/2016 - 15:25

Audience de groupes: 
Urbain/activité du déchet
Image à la une: 

Elections professionnelles

En mars 2015 les élections professionnelles se sont déroulées et ont marqué une nette progression de la CFDT. 

La CFDT conforte nettement sa place de 2e organisation syndicale dans l’entreprise et passe de 18,30% des voix à 23,69%.

Nous obtenons 2 sièges en titulaires CE et 2 sièges en suppléants (+1 siège à chaque fois).
En DP titulaires et suppléants nous passons de 2 à 3 sièges.
Ces bons résultats sont à mettre à l’actif d’une section CFDT dynamique et d’un travail de terrain sans relâche. Il est à noter que la CGT régresse de 32,41 % des voix à 26,86%. Notre challenge pour les 2 prochaines années est de devenir la première organisation dans l’entreprise. D’un point de vue revendicatif nous avons négocié un certain nombre d’accords.

Accord sur la prévention de la pénibilité

En septembre la section CFDT a signé un accord portant sur la prévention de la pénibilité.
Cet accord permet la mise en place d’actions en faveur des conditions de travail.
• Pour les 55 ans et + avec 20 ans de conduite ou pour tous les autres 58 ans et + passage au temps partiel avec 2 options au choix :
- temps partiel à 90% payé 95%
- temps partiel à 80 % et le financement du maintien des droits à la retraite à 100%
• Installation d’un nouveau manipulateur sur les Eurotrams
• Remplacement des sièges Citadis par des sièges pneumatiques
• Poursuite du renouvellement des sièges bus
• Stage de prévention «gestes et postures » aux postes de conduites par un kinésithérapeute
• 4 mesures pour les conditions de travail aux ateliers
• Intégration du sujet pénibilité lors de l’entretien annuel
• Extension du dispositif «bonnes idées » à l’ensemble de l’entreprise
• Des mesures en faveur dela polyvalence conduite - autres métiers

Intervention pour l’amélioration des temps de parcours

En novembre la section CFDT est intervenue auprès de la direction générale afin d’améliorer les conditions de travail sur plusieurs lignes de bus. Sur la ligne 50 de nouveaux horaires ont été confectionnés avec des battements de 20 minutes sur un
terminus de 8 heures à 19 heures. Cette ligne était fortement perturbée en raison de travaux et de déviations.
Sur les lignes 4 et 6 nous avons obtenu 4 conducteurs de réserve spécifiquement affectés à ces lignes pour garantir aux conducteurs des pauses dignes de ce nom.
Ces améliorations ont été obtenues sans avoir déclenché de notification. La section CFDT avait constitué un dossier « béton » plus complet que celui de la direction. Mise devant le fait accomplit celleci a agi immédiatement.

Mise en place d’un compte épargne temps (CET)

Le CET est accessible à tous les salariés ayant au moins 3 années d’ancienneté.
Il peut être alimenté par des jours de congé annuels, des jours de RTT, des heures de récupération.
Il peut être utilisé par le salarié pour une cessation anticipée, pour un congé sans solde ou des congés pour événements familiaux.
En cas de départ anticipé, l’entreprise abondera le CET de 10% avec un ajout maximum de 6 jours pour 60 jours épargnés. Les salariés ont la possibilité d’épargner jusqu'à 150 jours sur une carrière.

Mise en place d’un plan épargne retraite collectif (PERCO)

C’est une possibilité facultative pour l’ensemble des salariés de la CTS ayant une ancienneté minimale de 3 mois d’épargner et de défiscaliser certaines primes ou des jours de congés en vue de la retraite.
Peuvent être transférées les sommes provenant :
• de la prime d’Intéressement avec un abondement de 20% par la CTS (l’intéressement est d’environ 250€/an) ;
• d’un transfert de 10 jours de congés au maximum/an du Compte Epargne Temps (CET) avec un abondement de 15% de l’entreprise ;
• des transferts du Plan Epargne d’Entreprise (PEE) (déjà défiscalisés si bloqués depuis + de 5 années) ;
• des versements volontaires (dans ce cas les sommes ne sont pas défiscalisées).
L’entreprise prend en charge les frais de tenue des comptes, les frais de fonctionnement et la prise en compte des droits d’entrée.
La liquidation d’un PERCO n’est en principe possible qu’au départ à la retraite, néanmoins certains cas de déblocage sont prévus par la loi en cas :
• de décès du bénéficiaire, du conjoint ou du partenaire pacsé;
• d’expiration des droits à l’assurance chômage ;
• d’invalidité du bénéficiaire, du conjoint, des enfants ou du partenaire pacsé ;
• de situation de surendettement;
• d’acquisition de la résidence principale.
La sortie du dispositif pourra se faire soit en capital soit en rente mensuelle (dans ce dernier cas ces rentes sont partiellement fiscalisées suivant l’âge du bénéficiaire).

Adaptation de la prime de présence

En 2013 la section CFDT avait proposé et conclu un accord sur la mise en place d’une prime de présence d’une valeur de 400 €/an payable trimestriellement (4 x 100 €).
En 2014 nous avions constaté une baisse de l’absentéisme de l’ordre de 12%.
Ceci avait permis d’augmenter la prime à 440 €/an (4 x 110€) et en parallèle nous avions obtenu le 13e mois au lieu d’une prime de fin d’année impactée par les absences.
En 2015 la direction générale a constaté une nouvelle hausse de l’absentéisme.
La section CFDT a renégocié cette prime de présence qui risquait d’être dénoncée.
Nous avons porté cette prime à 800€/an avec des déductions plus importantes en cas d’absences. La majorité des salariés sera gagnante.
Savoir s’adapter c’est consolider nos acquis, ne rien faire c’est les mettre en danger.
Voilà pour le volet financier ! Nous sommes parfaitement conscients que l’absentéisme est également et surtout lié aux conditions de travail. La section CFDT vient d’entrer en négociation sur ce thème.
La direction de l’entreprise semble en être consciente également. Il y aura des propositions concrètes de faites lors du premier semestre 2016.

Poursuite de la syndicalisation

L’année 2015 aura été pour la section CFDT une année de développement. En effet de plus en plus de salariés reconnaissent l’implication et le travail réalisé par l’ensemble de l’équipe CFDT. Les adhésions sont en augmentation constante même chez
nos jeunes collègues. C’est un bon signe pour la suite…

MICHEL WERNERT

Dernières brèves Urbain/activité du déchet

Répressions syndicales et dialogue antisocial au sein de KEOLIS, filiale de la SNCF...
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de Transports Urbains n°91 : "LE QUESTIONNAIRE SNTU, UN OUTIL SYNDICAL UNIQUE POUR LES NAO"
Audience de groupes:
A la une du dernier numéro de "Transport Urbain" n°90 : les actualités sur les réseaux de Rouen, Cherbourg, Bayonne, Beauvais, Boulogne sur Mer, Besançon, Lille, St Malo, Strasbourg, Brest, et Saumur.
Audience de groupes:
La négociation improductive le 16 Octobre dernier a amené une journée de grève le 20 Octobre, où la mobilisation des salariés des transports urbains a été importante.
Audience de groupes:
Le 20 octobre 2017 tous les salariés des Transports Urbains seront en grève.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.