Vous êtes ici

Uber déroule sa conception du dialogue social.

L’entreprise Uber vient d’annoncer des nouvelles tarifications et règles financières applicables aux travailleurs dépendants de cette plateforme.

Uber explique que ses décisions sont issues « de plusieurs mois de discussions avec des chauffeurs à titre individuel, des associations de chauffeurs et des syndicats comme la CFDT ».

La CFDT regrette cette annonce qui laisse à penser qu’elle a négocié seule de telles mesures. La CFDT, accompagnée de chauffeurs travaillant pour Uber, a bien rencontré la direction de l’entreprise sans qu’aucune négociation n’ait eu lieu.

Lors de ce rendez-vous, l’échange a essentiellement porté sur la nécessité de mettre en place un processus de dialogue social constructif dans ce secteur, sur les conditions de travail dégradées des chauffeurs, sur l’impact financier inacceptable de la baisse de la rémunération des chauffeurs, déjà décidée unilatéralement en octobre 2015, et le contexte de proposition de loi visant à réguler le transport public particulier de personnes.

La CFDT regrette donc cette décision unilatérale qui ne peut être considérée comme une quelconque négociation et qui ne contribue pas à la mise en place d’un dialogue social constructif.

Malgré l’annonce d’Uber, la CFDT fait le constat que les relations sociales et le dialogue social dans l’ensemble du secteur restent insuffisants et méritent toujours une politique volontariste pour organiser son fonctionnement dans un cadre pacifié.

Pour cela, la CFDT revendique le développement d’une logique de responsabilité sociale des entreprises (RSE) pour l’ensemble des acteurs, permettant :

  • De mettre en place des instances de dialogue social entre des représentants des chauffeurs et chaque plateforme ;
  • D’assurer la protection juridique des représentants des chauffeurs ;
  • De mettre fin aux pratiques de certains employeurs peu scrupuleux, ne respectant pas le salaire minimum ou le paiement des heures supplémentaires pour leurs chauffeurs au regard du nombre d’heures réellement pratiquées.

La CFDT prend acte des modifications tarifaires appliquées par Uber augmentant légèrement la rémunération des chauffeurs, mais qui :

  • ne comble pas les pertes engendrées depuis octobre 2015
  • ne garantit toujours pas un salaire décent au regard du volume d’heures travaillées

La CFDT appelle l’ensemble des travailleurs du secteur à continuer de la rejoindre afin qu’ils puissent s’organiser collectivement dans leur intérêt à court, moyen et long termes.

La CFDT va consulter ses chauffeurs sur l'organisation et la pertinence d'une action le 15 décembre prochain.

 

Le débat Thibaud Simphal UBER - Laurent Berger CFDT

Uber-CFDT, le débat par CFDT_TV

 

Pour plus d'informations : Quel impact de l'uberisation sur le transport

> Communication Loi GRANDGUILLAUME

> Communication Conflit Taxis - VTC

 

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.