Vous êtes ici

Un réseau « santé au travail » pour favoriser l’entraide

Soumis par redacteur le jeu, 05/12/2016 - 15:40

Chapeau: 
Créer un réseau où les militants peuvent s’entraider pour résoudre les problèmes de santé au travail, c’est l’idée que la Fédération générale des transports et de l’environnement a mise sur les rails en réunissant une trentaine de militants, le 17 février dernier, pour lancer son « réseau santé ».

Audience de groupes: 
Vie de la Fédération
Image à la une: 

Toutes les branches du transport (aérien, maritime, ferroviaire, urbain, routier, autoroutier) étaient là. De fait, les témoignages des militants réunis ce jour prouvent qu’ils se sentent souvent démunis dans leurs entreprises face à la maladie, au handicap, au suicide.

D’autres dénoncent des défaillances de la médecine du travail, des inégalités femmes-hommes, des stratégies de management pour dissuader les salariés de prendre des congés maladie, etc.

Lean management, RSE et inégalités femmes-hommes : trois groupes de travail se sont formés à l’issue de cette première journée. L’un planchera sur la RSE (Responsabilité sociale des entreprises), un deuxième sur le lean management (méthode d’amélioration en continu de l’organisation du travail qui n’est pas sans effets pervers), un troisième sur les inégalités femmes-hommes.

Le réseau santé de la FGTE se réunira tous les trois mois pour faire le point et la fédération organisera de nouvelles formations en fonction des attentes exprimées.

 

« Si la fédération fournit déjà un certain nombre d’outils notamment juridiques pour les militants, force est de reconnaître que bien des équipes n’ont plus les moyens de gérer correctement les problèmes de santé au travail. Ce réseau permettra à la fois de mutualiser les bonnes pratiques et de faire remonter les besoins des sections au niveau fédéral ».

Fabian Tosolini, secrétaire général adjoint de la FGTE

 

Dernières brèves Vie de la Fédération

Dans le magnifique cadre de la Cité Corsaire de Saint-Malo, du 14 au 16 juin 2017, 197 délégués représentant les unions régionales interprofessionnelles et les fédérations CFDT ont participé au 15e congrès de la CFDT Cadres. La FGTE a été représentée par Céline Pierre et Jean Marc Dubau (bureau national cadres), Anne Guezennec et Eric Dhenin (SNCF), Hermann Schneider (Transdev), Okan Benel et Gilles Cordier (RATP).
Audience de groupes:
Managers, ingénieurs, cadres techniques, commerciaux, cadres des fonctions publiques, experts, chefs de projets et professions scientifiques : ils nous ont démontré encore plus de confiance lors des élections dans le privé.
Audience de groupes:
Entre le 7 et le 9 juin, les délégués ont élu leur bureau fédéral. Retour sur ces trois journées de rassemblement.
Audience de groupes:
Avec seulement 20 % d’adhérentes, la Fédération générale des transports et de l’environnement CFDT reste à l’image de ses métiers, à dominante masculine.
Audience de groupes:
Tout nouveau, tout chaud ! Le nouveau magazine de la FGTE arrive dans les boîtes de tous les adhérents. Qu'en pensez-vous ?
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.