Vous êtes ici

ASSURANCE-CHÔMAGE : LA NÉGOCIATION JOUE LES PROLONGATIONS

Soumis par redacteur le ven, 02/16/2018 - 10:04

Ce devait être la dernière séance de négociation portant sur la réforme de l’assurance-chômage. Mais les points restant à trancher sur la question des démissionnaires et le recul du patronat sur la lutte contre la précarité ont amené les partenaires sociaux à programmer une nouvelle (et ultime) rencontre le 22 février.

A son arrivée au Medef, la CFDT (qui comme l’ensemble des autres organisations syndicales avait reçu une nouvelle version de  l’avant-projet d’accord patronal) ne cachait  pas son agacement. « Disons qu'ils ont avancé de deux ou trois millimètres et il leur reste encore une bonne vingtaine de kilomètres à parcourir », a commenté sa cheffe de file Véronique Descacq, qui « doute de la capacité du patronat à parcourir ces 20 kilomètres dans la séance d'aujourd'hui ». Une crainte qui s’est confirmée en séance. « A ce stade le texte ne nous convient pas », estimait la CFDT à la sortie de cette sixième rencontre qu’elle qualifie de « particulièrement consternante ».

Alors que le texte envoyé la veille invitait l’ensemble des branches à ouvrir des négociations sur les moyens de réduire la précarité, le patronat semble faire marche arrière. « Sous couvert d’ouvrir la négociation à toutes les branches, elles ne seraient pas tenues de le faire sur tous les thèmes ». Surtout, le patronat refuse toujours toute référence à une quelconque sanction en cas d’échec des négociations sectorielles, et ce malgré la demande unanime (et maintes fois répétée) des organisations syndicales. Ces mêmes organisations demandent désormais une clarification au gouvernement sur ses intentions. « Il faut que le gouvernement nous dise ce qu’il compte faire. On ne prendra pas le risque de rester flou dans l’accord et de s’en remettre au bon vouloir du gouvernement sur le bonus-malus qu’il prétend vouloir imposer ».

En tout état de cause, les partenaires sociaux se réuniront une dernière fois le 22 février pour tenter de trouver un compromis. Un délai supplémentaire qui permettra aussi aux uns et aux autres de regarder ce qui se passe du côté de la négociation sur la formation professionnelle, les deux négociations étant liées.

 aballe@cfdt.fr 

Dernières Actualités Actualités générales

Les mesures visant à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes sont actées, dans le privé comme dans le public. De quoi nourrir le dialogue social en entreprise et dans les administrations.
Dans les territoires comme dans les lieux de travail, la CFDT invite militants et adhérents à participer au débat et y pousser leurs propositions. De nombreux outils sont d’ores et déjà disponibles.
D’abord la CPME, puis le Medef, et enfin l’U2P. En quelques heures, le 28 janvier, les trois organisations patronales ont annoncé leur décision de suspendre la négociation d’assurance-chômage, échaudés par les récentes déclarations du chef de l’État.
Une quinzaine de pistes patronales ont été examinées lors de la 8ème séance de négociation d’assurance chômage, consacrée aux contrats courts. Sans parvenir à convaincre les organisations syndicales.
Un mois après en avoir annoncé la tenue, Emmanuel Macron a lancé ce 15 janvier, dans une petite commune de l’Eure, le grand débat national. Une consultation à grande échelle menée jusqu’à la mi-mars sur tout le territoire. La CFDT compte bien y pousser ses propres propositions.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.