Vous êtes ici

ASSURANCE-CHÔMAGE : LES DÉMISSIONNAIRES AU CŒUR DES DISCUSSIONS

Soumis par redacteur le mar, 01/23/2018 - 14:15

Si la première séance avait été l’occasion d’aborder l’ensemble des points soumis à la négociation, les partenaires sociaux se sont principalement concentrés sur la question des démissionnaires ce 18 janvier.

Répondant à la demande formulée par les partenaires sociaux, l’Unedic a finalement fourni des chiffrages des surcoûts engendrés par un élargissement de la prise en charge des démissionnaires par l’assurance chômage…selon les scenarios définis dans par le gouvernement dans sa feuille de route – à savoir le plafonnement de la durée ou du montant de l’indemnisation. « Visiblement, la mesure imaginée par le gouvernement cible moins les besoins réels qu’elle ne finance un potentiel effet d’aubaine », explique Véronique Descacq. « Surtout, ces chiffrages ne sont valables que dans le cadre de droits dégradés suggérés par la feuille de route du gouvernement, ce que refusent les partenaires sociaux ». En année de croisière, le dispositif bénéficierait davantage aux personnes qui auraient démissionné même sans modification des règles (entre 40 000 et 80 000 selon les scenarios retenus) qu’aux personnes qui démissionneraient du fait de la réforme (entre 30 000 et 70 000). « Le gouvernement veut réguler par les droits. Ce n’est pas notre vision », résumaient en substance les organisations syndicales à la sortie de cette deuxième séance de négociation, le patronat penchant lui aussi en faveur d’un «schéma de maintien des droits en termes de durée et de montant ».

Partant de là, quel pourrait être un système d’accompagnement plus efficace des transitions professionnelles ? Faut-il demander aux démissionnaires un co-investissement dans leur projet ? Quel organisme sera chargé de valider la viabilité du projet professionnel ? C’est finalement à ces questions que les partenaires sociaux vont devoir s’efforcer de répondre dans les prochaines semaines, sans perdre de vue que « l’assurance chômage doit rester un revenu de remplacement et non le financement d’une formation », pointe la CFDT. Derrière ce rappel, il y a le lien avec la formation professionnelle et l’inquiétude des organisations syndicales que les salariés, pour pouvoir bénéficier d’un dispositif de reconversion professionnelle (type congé individuel de formation) doivent en passer par la case démission.

Dans cette séance, la lutte contre la précarité n’aura été que brièvement abordée. Sur ce sujet, le patronat laisse entendre que des propositions sur les sujets pouvant faire l’objet des discussions de branche (durée limitée dans le temps pour négocier, des objectifs quantitatifs de baisse de la précarité…) seraient remises sur table à la prochaine séance. « Quel supplétif s’appliquerait en cas de non-respect de ces engagements ? », interpelle la CFDT qui voit dans la mise en place d’une cotisation dégressive un substitut idéal. Dans le même temps,  certaines organisations syndicales ne cachent pas leur tentation d’attendre que le gouvernement ne mette sa « menace » à exécution en dégainant son projet de bonus-malus. Un pari risqué…

aball@cfdt.fr 

Dernières Actualités Actualités générales

En mai 2023, le CESE remettra un avis au Gouvernement et au Parlement sur les solutions de déplacements dans les zones rurales et périphériques urbaines. Le rapport en a été confié à la CFDT (S. Mariani FGTE)
Depuis le début de la crise, ils assurent l’approvisionnement, la satisfaction des besoins et la continuité du service aux usagers. Au-delà du 11 mai, ils souhaitent repenser leur modèle de développement. Pour que demain ne soit pas comme avant.
• Le gouvernement présentera son plan de sortie de confinement à la fin avril. • La définition des conditions permettant de concilier santé des travailleurs et reprise d’activité est centrale. • La CFDT en appelle à la négociation de protocoles de branche ou d’entreprise.
Dix-neuf organisations dont la CFDT ont présenté un pacte du pouvoir de vivre pour allier préoccupation écologique et progrès social. De quoi peser sur les décisions à venir.
Dans les métropoles, les villages et les entreprises, la CFDT organise des débats pour recueillir la parole des salariés et des citoyens.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.