Vous êtes ici

FERROVIAIRE : IL FAUT DÉSORMAIS UNE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE SOLIDE

Soumis par redacteur le mer, 06/20/2018 - 16:20

Après le vote définitif de la loi pour un nouveau pacte ferroviaire, l’enjeu est désormais pour la CFDT d’obtenir des garanties de la part de l’Union des transports publics (UTP), l’organisation patronale du secteur, sur une convention collective nationale de branche.

 

Des premières réponses, « globalement positives », ont été apportées par l’UTP lors de la réunion tripartite (syndicat, patronat, gouvernement) du 15 juin, estime la CFDT-Cheminots. Elle attend désormais que « ces engagements soient rapidement confirmés dans un relevé de décisions et mis en œuvre dans la négociation » afin de compenser les effets de la loi.

Une mobilisation sans faille

Au cours des derniers mois, la CFDT n’aura cessé de dénoncer la méthode et le fond de la réforme ferroviaire. Mais face à un gouvernement intransigeant sur trois mesures clés (ouverture à la concurrence, transformation de la SNCF en sociétés anonymes à capitaux publics et fin du recrutement au statut des cheminots), elle peut se féliciter d’avoir obtenu que le texte de loi intègre un grand nombre de ses revendications sur la garantie de l’emploi, la rémunération, le régime de retraite et de prévoyance.

tw2.jpg

Elle a bataillé pour que soient précisées les conditions de transfert des salariés vers un autre opérateur après l’ouverture à la concurrence et négocié leur droit de retour à la SNCF. Le maintien d’une unité sociale dans le nouveau groupe ferroviaire, l’incessibilité de ses capitaux et la reprise de la dette de la SNCF à hauteur de 75 % par l’État ont également été ajoutés dans la version finale. Toutes ces garanties sont le fruit de 79 amendements portés par la CFDT-Cheminots tout au long du processus parlementaire. Preuve, a rappelé Laurent Berger, que « la mobilisation syndicale ne se mène pas simplement par la grève ».

cnillus@cfdt.fr 

Dernières Actualités Actualités générales

Le Gouvernement a annoncé le report de l’âge de départ en retraite à 64 ans et un allongement de la durée de cotisations. POUR LA FGTE-CFDT C’EST NON !
En mai 2023, le CESE remettra un avis au Gouvernement et au Parlement sur les solutions de déplacements dans les zones rurales et périphériques urbaines. Le rapport en a été confié à la CFDT (S. Mariani FGTE)
Depuis le début de la crise, ils assurent l’approvisionnement, la satisfaction des besoins et la continuité du service aux usagers. Au-delà du 11 mai, ils souhaitent repenser leur modèle de développement. Pour que demain ne soit pas comme avant.
• Le gouvernement présentera son plan de sortie de confinement à la fin avril. • La définition des conditions permettant de concilier santé des travailleurs et reprise d’activité est centrale. • La CFDT en appelle à la négociation de protocoles de branche ou d’entreprise.
Dix-neuf organisations dont la CFDT ont présenté un pacte du pouvoir de vivre pour allier préoccupation écologique et progrès social. De quoi peser sur les décisions à venir.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.