Vous êtes ici

GRAND DÉBAT NATIONAL : LA CFDT VEUT POUSSER SES PROPOSITIONS

Soumis par redacteur le lun, 01/21/2019 - 11:33

Un mois après en avoir annoncé la tenue, Emmanuel Macron a lancé ce 15 janvier, dans une petite commune de l’Eure, le grand débat national. Une consultation à grande échelle menée jusqu’à la mi-mars sur tout le territoire. La CFDT compte bien y pousser ses propres propositions.

Dans sa lettre aux Français, le chef de l’État a pris soin de décliner les quatre grands thèmes retenus (pouvoir d’achat, fiscalité, démocratie et transition écologique) en 34 questions. Mais le flou demeurait sur les modalités techniques. Il a été partiellement levé le 14 janvier par le Premier ministre.

Quel déroulement ? Les propositions des citoyens pourront être recueillies dans les réunions publiques (dont les lieux et horaires seront indiqués sur https://granddebat.fr ) mais également en ligne, par voie postale ou auprès des « stands de proximité » et lieux de travail, précise Matignon. En outre, tout acteur local (hormis les maires, donc) pourra organiser et animer un débat. Ces débats, la CFDT a décidé de s’y investir et d’y pousser ses propositions. « On ne peut pas dénoncer la vision verticale du pouvoir et ne pas se saisir de cette opportunité », rappelait Laurent Berger. Pour alimenter la réflexion des participants, un support revendicatif autour des grands thèmes retenus et des domaines d’action possibles, déclinable en fonction des réalités locales, sera proposé dans les prochains jours aux militants et adhérents CFDT.

Dans quelles conditions ? Selon la CFDT, les conditions d’indépendance et de bonne tenue des débats doivent être posées. « Si les coordinateurs du débat sont issus du gouvernement, les garants doivent être totalement indépendants », insiste Laurent Berger. Sur ce point, le nom des cinq garants de la neutralité du débat ne devrait être dévoilé qu’en fin de semaine.

Pour quel débouché ? C’est l’autre condition posée par la CFDT pour la réussite de ce débat : qu’il serve à quelque chose. « Au-delà de l’expression citoyenne, la démocratie participative doit s’articuler avec le retour d’un véritable dialogue avec les corps intermédiaires. » À l’échelle nationale, elle demande la tenue dès la fin du débat d’un « Grenelle du pouvoir de vivre » rassemblant acteurs sociaux, économiques, territoriaux et associatifs en vue d’aboutir à des propositions concrètes. « Il faut que la décision sociale soit également participative. Si le gouvernement tranche seul, le grand débat n’aura pas atteint ses objectifs. »

aballe@cfdt.fr

Dernières Actualités Actualités générales

Depuis le début de la crise, ils assurent l’approvisionnement, la satisfaction des besoins et la continuité du service aux usagers. Au-delà du 11 mai, ils souhaitent repenser leur modèle de développement. Pour que demain ne soit pas comme avant.
• Le gouvernement présentera son plan de sortie de confinement à la fin avril. • La définition des conditions permettant de concilier santé des travailleurs et reprise d’activité est centrale. • La CFDT en appelle à la négociation de protocoles de branche ou d’entreprise.
Dix-neuf organisations dont la CFDT ont présenté un pacte du pouvoir de vivre pour allier préoccupation écologique et progrès social. De quoi peser sur les décisions à venir.
Dans les métropoles, les villages et les entreprises, la CFDT organise des débats pour recueillir la parole des salariés et des citoyens.
Les mesures visant à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes sont actées, dans le privé comme dans le public. De quoi nourrir le dialogue social en entreprise et dans les administrations.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.