Vous êtes ici

NÉGOCIATION ASSURANCE-CHÔMAGE : POUR LA CFDT, CE NE SERA NI CHAISE VIDE, NI CHÈQUE EN BLANC

Soumis par redacteur le ven, 09/28/2018 - 09:57

La rencontre, au ministère du Travail, a duré un peu plus de deux heures. Réunis en multilatérale le 21 septembre, les partenaires sociaux se sont vu présenter les grandes orientations du document de cadrage sur l’assurance-chômage. Partant du constat que « la situation n’est pas satisfaisante », avec « une dualité du marché du travail qui s’accentue », le gouvernement souhaite une réforme systémique de l’assurance-chômage.

Et réclame, dans le même temps, que la négociation permette de réaliser de 1 à 1,3 milliard d’euros d’économies annuelles sur trois ans, en sus des 800 millions d’économies par an déjà prévues par la convention Unédic 2017. « Le prisme budgétaire reste la première motivation de la réforme », réagit la secrétaire générale adjointe de la CFDT, Marylise Léon. Ces économies, avance l’exécutif, doivent servir « à financer les droits nouveaux pour les démissionnaires et les indépendants et à accélérer le désendettement du régime ». Un risque que la CFDT avait pointé au début 2018 lors de la précédente négociation – à savoir que l’ouverture aux indépendants sans contribution risquait à terme de peser sur le régime assurantiel et sur les droits des demandeurs d’emploi.

Sur le contenu, les partenaires sociaux restent libres d’aborder tous les sujets avec toutefois quatre éléments imposés : l’activité réduite, l’activité conservée (qui permet aux salariés ayant plusieurs employeurs d’être indemnisés lorsqu’ils en perdent un), le calcul du salaire journalier de référence et les « inégalités des personnes dans leur capacité à trouver du travail ». Derrière cette appellation alambiquée se cache la dégressivité des allocations, piste déjà avancée par l’exécutif.

Quid du bonus-malus ?

Certains thèmes, en revanche, ne sont plus explicitement mentionnés, le bonus-malus brandi par le gouvernement ayant été remplacé par une invitation à travailler sur la « responsabilisation des entreprises ». « Une fois de plus, on nous parle de réforme systémique et on nous demande juste de revoir quelques règles paramétriques », s’emporte Marylise Léon, qui souhaiterait « que l’on parle des demandeurs d’emploi ». À réception de la feuille de route officielle (intervenue le 25 septembre), les partenaires sociaux devraient s’entretenir, séparément dans un premier temps (organisations syndicales d’un côté, patronales de l’autre) avant de se retrouver en bureau paritaire politique de l’Unédic. S’ils acceptent d’entrer en négociation, le délai sera court. Quatre mois.

aballe@cfdt.fr 

POUR ALLER PLUS LOIN

Dernières Actualités Actualités générales

Le Gouvernement a annoncé le report de l’âge de départ en retraite à 64 ans et un allongement de la durée de cotisations. POUR LA FGTE-CFDT C’EST NON !
En mai 2023, le CESE remettra un avis au Gouvernement et au Parlement sur les solutions de déplacements dans les zones rurales et périphériques urbaines. Le rapport en a été confié à la CFDT (S. Mariani FGTE)
Depuis le début de la crise, ils assurent l’approvisionnement, la satisfaction des besoins et la continuité du service aux usagers. Au-delà du 11 mai, ils souhaitent repenser leur modèle de développement. Pour que demain ne soit pas comme avant.
• Le gouvernement présentera son plan de sortie de confinement à la fin avril. • La définition des conditions permettant de concilier santé des travailleurs et reprise d’activité est centrale. • La CFDT en appelle à la négociation de protocoles de branche ou d’entreprise.
Dix-neuf organisations dont la CFDT ont présenté un pacte du pouvoir de vivre pour allier préoccupation écologique et progrès social. De quoi peser sur les décisions à venir.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.