Vous êtes ici

RÉFORME DE LA SNCF : LE CONFLIT, FAUTE DE NÉGOCIATION

Soumis par redacteur le jeu, 04/12/2018 - 16:08

Tandis que le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire annoncé en février dernier est en discussion à l’Assemblée nationale, l’intersyndicale CFDT, CGT, Sud Rail, Unsa a reconduit le mouvement de grève, entamé le 3 avril, après un mois de discussions infructueuses.

Dans son communiqué de presse du 6 avril, la CFDT-Cheminots déplore l’absence de réponses aux demandes des organisations syndicales et dénonce les propos « toujours aussi vagues » des pouvoirs publics sur des points cruciaux pour l’avenir des cheminots.

Vingt propositions restées sans réponse

Parmi les sujets d’inquiétude, la reprise de la dette de la SNCF par l’État n’a fait l’objet d’aucun engagement concret du gouvernement, qui exige au préalable un effort de rentabilité de la part de l’opérateur historique. Pas plus de précisions sur les conséquences de l’ouverture à la concurrence : transfert des agents, possibilité de refus ou de retour à la SNCF après un passage chez un autre opérateur, etc. La volonté de la CFDT de négocier une convention collective nationale de haut niveau pour l’ensemble du secteur ferroviaire, qui permettrait de sortir de l’impasse, n’est toujours pas à l’ordre du jour des concertations. Tous ces points font l’objet d’un nombre croissant d’amendements, 300 ont été déposés à ce jour. Et la CFDT-Cheminots, qui avait fait 20 propositions afin d’améliorer le texte dès la publication du rapport Spinetta et le lancement de la réforme, attend encore des réponses. Selon Laurent Berger, « le vrai sujet, jamais posé, c’est quel ferroviaire nous voulons pour demain ? ». Le secrétaire général de la CFDT a appelé à « négocier et entendre les propositions qui ont été faites. La CFDT ne souhaite que cela : discuter ».

cnillus@cfdt.fr 

Dernières Actualités Actualités générales

Le Gouvernement a annoncé le report de l’âge de départ en retraite à 64 ans et un allongement de la durée de cotisations. POUR LA FGTE-CFDT C’EST NON !
En mai 2023, le CESE remettra un avis au Gouvernement et au Parlement sur les solutions de déplacements dans les zones rurales et périphériques urbaines. Le rapport en a été confié à la CFDT (S. Mariani FGTE)
Depuis le début de la crise, ils assurent l’approvisionnement, la satisfaction des besoins et la continuité du service aux usagers. Au-delà du 11 mai, ils souhaitent repenser leur modèle de développement. Pour que demain ne soit pas comme avant.
• Le gouvernement présentera son plan de sortie de confinement à la fin avril. • La définition des conditions permettant de concilier santé des travailleurs et reprise d’activité est centrale. • La CFDT en appelle à la négociation de protocoles de branche ou d’entreprise.
Dix-neuf organisations dont la CFDT ont présenté un pacte du pouvoir de vivre pour allier préoccupation écologique et progrès social. De quoi peser sur les décisions à venir.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.