Vous êtes ici

[VIDÉO] “IL FAUT LAISSER LE TEMPS À LA CONCERTATION JUSQU'À FIN SEPTEMBRE”

Soumis par redacteur le mar, 05/30/2017 - 10:14

A la sortie de son premier entretien avec le Premier minsitre, à qui il a remis les propositions de la CFDT, Laurent Berger a réaffirmé la nécessité de laisser du temps à la concertation avant de réformer le code du travail. Le secrétaire général de la CFDT a également redit l'attachement de la CFDT au compte pénibilité, véritable mesure de justie sociale, et refuse ainsi tout moratoire sur le sujet.

 

Laurent Berger à sa sortie de Matignon, le 29 mai 2017

Peu de réponses pour l’instant, mais une volonté affichée d’écoute. Tel est le constat qui ressort à l’issue de la double série d’entretiens conduits par l’exécutif. Reçue le 23 mai par le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, à l’Elysée, la CFDT avait plaidé pour une méthode de réforme qui ne passe pas « à la hussarde », selon l’expression de Laurent Berger : « Il faut prendre le temps de la concertation sur des sujets aussi lourds » que le code du travail et les suites du rapport Combrexelle, le dialogue social et les instances représentatives du personnel, ou encore la formation professionnelle et le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi. Le secrétaire général de la CFDT avait donc réclamé « de l’espace au dialogue et à la concertation », relevant « la volonté d’écoute du Président » et concluant : « On verra dans les faits ce qu’il en est. »

Contribuer à rénover le pacte économique et social du pays

Ce 29 mai, c’était au tour du Premier ministre Edouard Philippe de recevoir, dans le cadre d’une série d’entretiens avec les partenaires sociaux, la délégation CFDT* emmenée par Laurent Berger. L’occasion d’un « échange constructif dans un climat ouvert », lors duquel la CFDT a remis un document de 77 pages détaillant ses propositions pour « contribuer à l’intérêt général » et à « rénover notre pacte économique et social [qui] ne peut se résumer à la réforme du code du travail » en matière d’Europe sociale, de transition écologique et numérique, de travail, de politique de l’emploi et d’assurance chômage, de formation professionnelle, de démocratie en entreprise et de dialogue social, d’action publique ou encore de financement de la protection sociale… Une traduction directe du rôle syndical que Laurent Berger a ainsi résumé, lors de l’émission Le grand jury LCI-RTL-Le Figaro, la veille : «  Avant de s’opposer, normalement un syndicaliste fait des propositions. »

Pas de moratoire possible sur le compté pénibilité

La CFDT a également redit ses lignes rouges. « Sur le compte pénibilité, qui est un élément de justice sociale pour des personnes dont le travail réduit l’espérance de vie, on peut discuter de la manière de le mettre en oeuvre au mieux, mais il n’y a pas  de moratoire possible ! », a affirmé Laurent Berger. Le secrétaire général de la CFDT a également redit son opposition à la barémisation des dommages et intérêts prononcés aux prud’hommes en cas de licenciement abusif.

Surtout, il a redit la nécessité que « l’écoute se traduise dans les faits » par une concertation digne de ce nom, « au moins jusqu’à fin septembre ». Sera-t-il entendu ? La lettre de cadrage annoncée pour la semaine prochaine, à l’issue d’une nouvelle série de rencontres, cette fois-ci rue de Grenelle avec la ministre du Travail, devrait clarifier la méthode de concertation retenue par le gouvernement. On saura alors si après avoir écouté les partenaires sociaux, l’exécutif les a également entendu.

Catégories:

Dernières Actualités Médias

En cette période de confinement, la CFDT reste à vos côtés pour vous informer, vous accompagner, faire remonter les situations des travailleurs, des demandeurs d'emploi, des plus précaires. Mobilisée, elle le sera également ce 1e mai... #construisonsdemain
Invité de Questions politiques que Franceinfo TV et sur France Inter le 6 janvier 2019, Laurent Berger est revenu sur l'actualité sociale de ce début d'année marquée par la mobilisation des Gilets jaunes. Le secrétaire général de la CFDT a une nouvelle fois appelé le gouvernement à écouter les corps intermédiaires pour essayer de construire une sortie de crise.
Invité de France inter le 5 décembre 2018, Laurent Berger a une nouvelle fois demandé un "Grenelle du pouvoir de vivre" (avec de réelles marges de manoeuvre) mais également l'amorce d'une réforme fiscale pour sortir de la crise des Gilets jaunes.
Invité de Grand Rendez-vous Europe 1- CNews - Les Echos, le 2 décembre 2018, Laurent Berger est revenu sur les événéments de la veille à Paris et a une nouvelle fois appelé le gouvernement à négocier et à écouter les corps intermédiaires.
Invité de Franceinfo le 27 novembre, Laurent Berger a réagi à l'intervention du président de la République en réaffirmant la nécessité d'une transition écologique menée dans la justice sociale.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.