Vous êtes ici

Aériens : la CFDT aux cotés des salariés de WFS !

Soumis par redacteur le mar, 09/02/2014 - 21:59

Chapeau: 
WFS, un groupe multinational qui ignore la législation française et européenne WFS (Worldwide flight services) est un groupe français à vocation internationale employant 12 000 salariés. Son activité est l’assistance aéroportuaire et le traitement du fret aérien. Alors qu’un comité de groupe européen devait voir le jour en décembre 2011, WFS a refusé de le mettre en place malgré ses obligations légales. Depuis un an et le début d’un projet de fusion avec le groupe AVIAPARTNER (groupe ayant une activité similaire et 5 000 salariés en France), le dialogue social est rompu. Cette fusion doit donner naissance à un groupe de 17 000 salariés et un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros.

Audience de groupes: 
Aérien
Image à la une: 

Doit-on y voir une relation de cause à effet ?

Car depuis, WFS a décidé de dégrader toute relation sociale et de mettre en place des méthodes de harcèlement, notamment en ce qui concerne les salariés détenant des mandats syndicaux.

En février 2012, dans l’une des entreprises du groupe, la direction générale a décidé d’être partisane dans les élections professionnelles.
La CFDT étant un acteur majeur du groupe, elle s’en est prise de façon violente à deux candidats en leur modifiant leurs horaires, conditions de travail et rémunération et ce à 15 jours des élections.
Le mal était fait, et compte tenu des délais de la justice, la CFDT a perdu la représentativité de 4 voix sur une entreprise de 800 salariés.
Depuis, le groupe WFS, par l’intermédiaire de ses entreprises a remporté de nouveaux marchés et a systématiquement décidé de ne pas respecter ses obligations légales et conventionnelles ! Depuis juin, une dizaine de condamnations ont été prononcées à l’encontre des entreprises du groupe : voies de faits, non-respect des dispositions légales et conventionnelles, discrimination syndicale, violation des décisions de justices et récemment entrave au droit de grève avec l’utilisation de salariés intérimaires !
L’assistance aéroportuaire étant une activité fortement réglementée, les entreprises sont soumises à un agrément délivré par les autorités de tutelle. Sans celui-ci, l’entreprise perd automatiquement le marché. Les modalités d’attribution ou de retrait de l’agrément sont définies dans une circulaire datant de 1998.

Au vu du comportement délictueux de l’une des entreprises du groupe WFS, le corps de l’inspection du travail de Roissy a émis un avis défavorable auprès des services de la Direction Générale de l’Aviation Civile afin de ne pas renouveler l’agrément à l’une des entités d’IFS.
Malgré cet avis de la DGT, la DGAC, par la voix de son service DSAC Nord, a renouvelé l’agrément. C’est dans ce cadre que nous avons interpellé le ministère des transports et que nous avons rencontré le conseiller social du secrétaire d’état chargé des transports.

Le dossier de la CFDT est étayé, la circulaire, on ne peut plus claire, et notre volonté de «moraliser» les pratiques des entreprises de l’assistance aéroportuaires inébranlable.
Nous avons donc exigé des pouvoirs publics qu’ils fassent appliquer les lois de la République.
Ce dossier est en parfaite cohérence avec l’action européenne que nous menons depuis des années. Dans une industrie de service telle que celle-ci, les marges de manœuvre en termes de gain de productivité sont faibles et c’est la plupart du temps lorsque les contrats commerciaux changent que les entreprises en profitent pour réduire leur masse salariale.

C’est pourquoi nous demandons, au niveau des textes européens, de stabiliser dans la durée l’attribution des contrats commerciaux et d’établir des règles claires des conditions de transfert des salariés.

La convention collective nationale du transport aérien et celle régissant la manutention sur les aéroports de la région parisienne, fixent en partie, au travers d’avenants, les conditions de transfert des salariés. Ce sont ces avenants que la CFDT veut voir évoluer pour sécuriser les salariés de l’assistance aéroportuaire.

Thèmes:

Dernières brèves Aérien

L’effroi, puis la honte sont les premiers sentiments qui nous envahissent en lisant l’article de Mediapart. Il met en avant par des mots simples, sincères et vrais la réalité de la vie au travail de ces femmes, ces collègues, ces collaboratrices que nous croisons tous les jours. Stop !
Audience de groupes:
ENTREE DE L’ETAT NEERLANDAIS AU CAPITAL DU GROUPE AFKL
Audience de groupes:
ETF (European Transport Workers’ Federation) est une organisation syndicale paneuropéenne qui représente plus de 5 millions de travailleurs du transport dans tous les secteurs : ferroviaire, maritime, routier, fluvial et bien sûr aérien.
Audience de groupes:
Un collectif de pilotes d’air France a tenté depuis des mois de rénover le dialogue social à Air France.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.