Vous êtes ici

Actualités de la CFDT Transports Environnement

La France a évité une addition salée !

Soumis par redacteur le mer, 06/21/2017 - 13:18

Chapeau: 
La majorité des français n’a pas voulu payer une addition salée en votant pour Le FN. nous avons ainsi évité de nous prendre une gamelle électorale...

Audience de groupes: 
Retraités
Image à la une: 

Les clients estiment parfois que l’addition est « salée » lorsqu’elle leur semble très élevée. Cette expression, apparue au XVIème siècle, tire son origine de l’une des principales taxes prélevée à l’époque, la gabelle. Elle portait sur le sel, qui était alors un monopole royal. Pour en acheter, on devait se rendre dans des entrepôts spéciaux, les greniers à sel, qui n’en vendaient qu’en quantités limitées. Or, ce produit était d’une grande importance pour le peuple, et servait notamment à conserver la viande. Cette taxe, détestée, a laissé un véritable traumatisme et a, par ailleurs, donné naissance à cette expression, qui continue d’être utilisée, malgré la disparition de la gabelle en 1792. Cette expression continue d’être utilisée malgré la disparition de la gabelle, en 1790. La CFDT a mis en garde non pas les clients, mais les citoyens, les électeurs, sur la note qu’ils auraient dû acquitter si les tenants de la sortie de la France de l’Union européenne avaient emporté les dernières élections présidentielles. 

Sortir de l’euro et ressusciter le franc, une plaisanterie

La France, à en croire les diseurs de bonne aventure, serait ainsi parvenue à terrasser les vieux démons que sont le chômage, la croissance faible, les déficits, la dette et la désindustrialisation… Les mythes ont la vie dure. L’euro n’était pas né que François Mitterrand, en 1982, aurait, dit-on, eu la tentation du repli national. Larguer aujourd’hui les amarres n’a rien du grand saut dans l’inconnu. Outre son prix politique, nous connaissons tous les risques d’un frexit : chute de la monnaie, hausse des taux d’intérêt, baisse du pouvoir d’achat, explosion de la dette, chômage et spoliation des épargnants (les retraités entre autres). Pourquoi en être sûr ? Parce que dans un pays affaibli, les mésaventures financières produisent les mêmes effets économiques. Qu’il faille réparer les brèches de l’euro ne fait aucun doute. Mais jeter le bébé monétaire avec l’eau du bain aurait été le risque d’une déflagration financière mondiale et le démembrement d’une Europe où rôde d’ores et déjà le populisme. 

Dernières brèves Retraités

Être et avoir l’été
Audience de groupes:
Notre prochain conseil UCR se tiendra en octobre 2017, soit un siècle tout juste après la révolution russe. D'ici là, de nombreux événements touchant à l’organisation du monde, de l’Europe et de notre pays vont se dérouler. Nous en serons soit acteurs, soit spectateurs, mais en tout état de cause, ils auront tous des répercussions plus ou moins importantes sur notre quotidien.
Audience de groupes:
La retraite progressive permet aux seniors qui n’ont pas validé tous leurs trimestres de rester en emploi tout en travaillant moins et en continuant à améliorer leur retraite future, le tout sans perte de pouvoir d’achat.
Audience de groupes:
Les retraités CFDT ont organisé une action de rentrée le 20 septembre 2016 pour garantir leur pouvoir d’achat. Alerte auprès des syndicats de salariés, conférences de presse régionale et nationale, signatures de pétition, rassemblements devant les préfectures de région et demandes de rendez-vous afin de remettre aux préfets le pourquoi de notre action et les pétitions signées.
Audience de groupes:
C’est par une belle journée d’automne que l’Union Confédérale des Retraités a fêté son soixante-dixième anniversaire.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.