Vous êtes ici

Rodez - NAO SATAR : Conflit du 17 novembre 2015

Soumis par Gregory Chemin ... le sam, 04/02/2016 - 16:33

Chapeau: 
Le 17 novembre 2015, les délégués ont remis en main propre contre décharge la notification d’une situation conflictuelle.

Audience de groupes: 
Urbain/activité du déchet
Image à la une: 

Les points de conflits étaient :
• valeur du point de 9,38 à 9,54 euros ;
• 1 samedi sur 2 de repos ;
• 100 % des services en 1 seule vacation ;
• prime du dimanche revalorisée de 5 à 7 points ;
• 2 postes de contrôleurs assermentés;
• périodes de congés insuffisantes pour les petites vacances;
• un bus supplémentaire ligne B ;
• réétalonnage des lignes ;
• mise en place d’un véritable plan chaleur ;
• problème relationnel avec l’exploitation ;
• tableau et plaquettes de service du 1er janvier 2016 ;
À la fin des négociations obligatoires, le syndicat SNTU-CFDT en date du 30 novembre dépose un préavis de grève pour le mardi 8 décembre 2015.
Après une ultime réunion avec la direction le mercredi 2 décembre, les salariés de la SATAR se sont retrouvés devant le portail à 6h20 du matin.
Un total de 25 chauffeurs sur 46 ont suivi notre préavis, ce qui entraîna uniquement la sortie de 5 bus.
Au bout de 6 heures de négociation et après obtention d’avancées sur les revendications (voir-ci-dessus), les délégués décident de lever la grève.
Les délégués et les salariés grévistes remercient chaleureusement Marcel Terrisse, SGA sud-ouest, Robert Mestre, UD Aveyron et Stephan Pouget pour leur présence et leur soutien auprès des grévistes.

Les avancées obtenues
• valeur du point de 9,38 à 9,54 en incluant la prime qualité ;
• augmentation de la prime du dimanche de 5 à 7 pts ;
• un bus supplémentaire ligne B ;
• réétalonnage de certaines lignes ;
• la mise en place d’un véritable plan chaleur avec le CHSCT;
• le retrait d’une double vacation ;
• le recadrage de l’exploitation par la direction.

LA SECTION

Dernières brèves Urbain/activité du déchet

Philippe, auparavant conducteur à Nancy et ancien adhérent CFDT, travaille depuis plusieurs années dans le réseau de Sète. Il a décidé de reprendre contact avec le SNTU pour créer une section CFDT.
Audience de groupes:
Depuis le 1er septembre, un changement important apporte des modifications concernant les heures de délégations pour les délégués syndicaux dans les entreprises. Extrait des articles en question.
Audience de groupes:
L’INSPECTION DU TRAVAIL REFUSE LE LICENCIEMENT DU MILITANT CFDT LANCEUR D’ALERTE, QUI A DENONCÉ DES PHOTOS PEDOPORNOGRAPHIQUES A TRANSDEV LE HAVRE
Audience de groupes:
Un salarié du réseau de bus Urbain de la CTPO Le Havre (Groupe TRANSDEV), délégué du personnel et représentant syndical découvre dans le cadre de son travail d’informaticien des photographies pédopornographiques. Devant l’extrême gravité des faits, il en avise immédiatement la direction. A l’issue la Direction lui notifie sa mise à pied conservatoire et suspend son contrat de travail.
Audience de groupes:
COMMUNIQUE DE PRESSE : IL DENONCE DES PHOTOS PEDOPORNOGRAPHIQUES ET TRANSDEV DEMANDE SON LICENCIEMENT.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.