Vous êtes ici

SNCM: le comité d'entreprise donne un avis défavorable aux offres de reprise

Soumis par Fabian Tosolini le jeu, 04/23/2015 - 14:47

Chapeau: 
Les élus du comité d'entreprise de la SNCM ont adopté mardi soir à l'unanimité des avis défavorables aux trois offres de reprise de la compagnie maritime, qui doivent être étudiées mercredi par le tribunal de commerce de Marseille

Audience de groupes: 
Maritime
Image à la une: 

Les élus du comité d'entreprise de la SNCM ont adopté mardi soir à l'unanimité des avis défavorables aux trois offres de reprise de la compagnie maritime, qui doivent être étudiées mercredi par le tribunal de commerce de Marseille.

Sans surprise, les élus du CE ont rejeté les trois offres déposées par l'ex-directeur du port de Marseille Christian Garin, l'entrepreneur corse Patrick Rocca et le groupe Baja Ferries de Daniel Berrebi.

Dans les trois cas, assurent les représentants du personnel, "la discontinuité économique n'est pas garantie, ni validée par une décision de la commission européenne". Cette question notamment est au coeur du processus de reprise engagé avec le placement en redressement judiciaire de la SNCM le 28 novembre: pour espérer échapper à la double condamnation européenne à rembourser plus de 400 millions d'euros d'aides publiques jugées indûment perçues, il faut créer une nouvelle compagnie suffisamment différente aux yeux de Bruxelles.

En outre, les élus du personnel dénoncent aussi trois offres de reprise qui "ne comporte(nt) aucune garantie pour l'emploi", un nombre de salariés conservés "faible" (497 dans l'offre de M. Rocca, 800 pour M. Berrebi et 897 pour M. Garin). A l'heure actuelle, la SNCM compte environ 1.500 salariés en CDI.

Les prix de cession sont également jugés trop bas (3 millions d'euros pour M. Rocca, 5 millions pour M. Berrebi et 12,25 millions pour M. Garin), même si les offres ne portent pas à chaque fois nécessairement sur les mêmes actifs.

Les actionnaires de la SNCM, Transdev (66%) et l'Etat (25%), avaient obtenu le placement en redressement judiciaire de la compagnie, contre l'avis du CE, officiellement pour lui permettre d'échapper aux condamnations européennes. La société a depuis reçu 17 marques d'intérêt, mais seulement trois offres fermes, que le tribunal de commerce de Marseille doit examiner mercredi à huis clos.

Dernières brèves Maritime

Audition de Monsieur Hervé BERVILLE Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargé de la Mer Locaux ADF
Audience de groupes:
Le syndicat CFDT a remporté 54,78 % des suffrages dès le premier tour de l’élection du comité social et économique (CSE) de Brittany Ferries, le lundi 25 novembre, devant la CGT (45,22 % des voix).
Audience de groupes:
« Les ports de Calais, Boulogne et Dunkerque : 1ères victimes collatérales du BREXIT… ? »
Audience de groupes:
La retraite à 55 ans, le régime spécial des marins à l’ENIM, son financement, ses catégories de cotisations... régulièrement, des rapports, notamment parlementaires, se penchent sur le fonctionnement de ce régime particulier, héritier d’une longue tradition du commerce et de la pêche.
Audience de groupes:

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.