Qualité de l’air dans les transports collectifs souterrains (métro-RER)

La FGTE-CFDT prolonge son action dans les territoires et manifeste son intérêt dans la procédure qui oppose l’association RESPIRE à la RATP à Paris.


Le 29 juillet 2020, le Conseil d’Etat a donné raison à la FGTE-CFDT sur un contentieux qui l’opposait à l’Etat concernant l’exposition des travailleurs à certaines particules fines, lorsqu’ils exercent leur profession dans des locaux particulièrement confinés (tunnels, gares souterraines, métros…). La recherche scientifique a démontré la dangerosité de cette exposition dans la durée et son lien direct avec une surmortalité ou l’occurrence de maladies invalidantes.


La haute assemblée a enjoint le Gouvernement à modifier sous délai de six mois les valeurs limites d’exposition aux poussières (totales et alvéolaires) fixées par l’article R.4222-10 du code du travail, afin de protéger la santé de ces travailleurs.


Le 23 décembre 2021, soit 11 mois après l’expiration du délai et une saisine de la présidence du Conseil d’Etat par la FGTE-CFDT pour exécution de la décision, le Gouvernement a abaissé les normes de poussières inhalables par les travailleurs des métro et RER, en les divisant par 2,5 et par 6 suivant les recommandations de l’ANSES.


Depuis cette modification du code du travail, les dispositions pour rendre effective l’amélioration de la qualité de l’air dans les métros, RER, gares souterraines tardent à se mettre en œuvre.


A la suite de mesures de l’association RESPIRE montrant une concentration anormale de particules fines dans les enceintes ferroviaires souterraines du métro parisien, l’association a déposé plainte en mars 2021 contre la RATP pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires », déclenchant l’ouverture d’une enquête préliminaire par le Procureur de la République.


A l’initiative d’Ile-de-France Mobilités, la RATP a missionné l’organisme AirParif afin de disposer de mesures indépendantes et objectives sur la qualité de l’air dans le métro et s’est engagée à les publier. La FGTE-CFDT note que cette problématique fait enfin l’objet d’une prise de conscience et conduit à une démarche de transparence, ce qui est une première étape nécessaire de la prévention. Néanmoins, les premiers résultats des mesures AirParif ont montré, comme on pouvait le craindre, des concentrations anormales de poussières dans certaines stations (Belleville, Oberkampf, Jaurès…).

Afin de pouvoir poursuivre son action de vigilance et de prévention en faveur de la santé des travailleurs et des usagers des transports, la FGTE-CFDT a écrit au Procureur de la République afin de manifester formellement son intérêt pour l’enquête préliminaire qu’il a engagée.


Par ailleurs, la FGTE-CFDT a demandé formellement à chaque collectivité et opérateur de France organisant ou exploitant un service de métro ou un autre service de transport collectif en souterrain d’avoir la même démarche de transparence et d’information vis-à-vis de ses usagers sur la qualité de l’air dans ses enceintes que celle désormais en vigueur dans le métro parisien. Les métropoles de Lyon, Aix-Marseille-Provence, Toulouse, Rouen-Normandie, Rennes et la métropole européenne de Lille ainsi que leurs opérateurs de transports ont été destinataires de cette demande écrite.

Lettre au Président de la Métropole de Lyon, Lettre à la Présidente de la Métropole de Aix-Marseille-Provence, Lettre à la Présidente de la Métropole de Rennes, Lettre au Président de la Métropole de Lille, Lettre au Président de la Métropole de Toulouse et Lettre au Président de la Métropole de Rouen-Normandie.


La FGTE-CFDT continue de demander d’être associée à l’élaboration de plan d’actions pour viser la conformité aux normes de la qualité de l’air dans chaque métropole concernée.


Par ailleurs, la FGTE-CFDT poursuivra son combat pour que les travailleurs des transports bénéficient de normes aussi protectrices que celles applicables aux usagers. La santé au travail n’est pas une santé publique au rabais !

Santé au travail et changement climatique 

A la suite d’un avis du CESE le conseil fédéral de la FGTE s’empare de la question !

On le sait : la production économique a des conséquences sur le réchauffement climatique. Cependant, le dérèglement climatique induit aussi des risques sur les conditions de vie au travail et c’est particulièrement le cas pour les professions des transports et de l’environnement.

Lors de son conseil fédéral du 21 décembre la FGTE a débattu avec le groupe mutualiste Vyv sur les liens entre le dérèglement climatique et les conditions de travail et sur la nécessaire adaptation des métiers du transport au changement climatique, par exemple en tenant compte des périodes de fortes chaleurs. Un sujet dont les délégués doivent s’emparer au sein des entreprises, dans le cadre de la négociation d’accords comme dans le rôle des CSE dans ses compétences environnementales et de sécurité au travail, ainsi que l’a relevé un récent avis du CESE.

Dans le cadre de la commission travail-emploi du CESE, la FGTE a activement contribué à un avis d’avril 2023 intitulé « Travail et Santé-environnement : quels défis à relever face au dérèglement climatique ? ». Cet avis pointe la nécessité d’une « approche globale et préventive dans la conception et la mise en œuvre des politiques de santé au travail » face à « l’importance croissante des risques environnementaux ».

Parmi les solutions préconisées par le CESE :

  • Renforcer la formation des professionnels de santé sur les liens entre santé au travail et santé environnement ;
  • Une campagne nationale pour que les employeurs intègrent dans les documents uniques d’évaluation des risques professionnels (DUERP) les risques environnementaux ;
  • Faire de cette actualisation des DUERP intégrant les risques environnementaux une condition des aides publiques et exonérations consenties aux entreprises ;
  • Renforcer le droit à la formation des élus et mandatés pour leur permettre d’exercer pleinement leur compétence en matière environnementale et de santé-environnement ;
  • Prévoir des formations communes salariés-employeurs sur le dialogue social -comme la FGTE les pratique dans certaines entreprises- pour le traitement de cette problématique d’adaptation des conditions de travail au changement climatique ;
  • Intégrer l’impact du dérèglement climatique sur les conditions de travail dans les thématiques du dialogue social dans une logique de prévention (négociations collectives d’entreprise et de branche, notamment dans le cadre des fonds du haut degré de solidarité des complémentaires santé)
  • Pour limiter le risque d’exposition des travailleurs et travailleuses aux températures élevées intégrer le risque canicule en tant qu’intempéries (BTP) et étendre un dispositif similaire aux autres branches professionnelles exposées. Beaucoup de branches du transport et de l’environnement (gestion d’infrastructures, conduite de véhicules, logistique…) sont directement concernées.
  • Renforcer le droit d’alerte en maltière de santé-environnement et inscrire l’écoute des salariés parmi les principes de prévention inscrits dans le code du travail.

Avec l’aide des experts de Vyv, les débats au sein de notre conseil fédéral ont permis de resituer nos activités des secteurs du transport et de l’environnement dans les différents scénarios de réchauffement climatique et d’identifier certains risques sur les conditions de travail propres à ce périmètre. Notre conseil a établi que dans chaque entreprise et chaque branche les délégués et négociateurs de la FGTE doivent dès à présent s’emparer de cette question qui concerne directement la protection de la santé des salariés, et en faire une nouvelle priorité de l’action syndicale et de notre développement.

Une campagne de formation sera prochainement lancée par la FGTE sur la base d’un module de notre institut Artis afin d’outiller nos représentants dans les branches, les territoires et les entreprises sur la compétence en matière environnementale qui intègrera la prévention en santé-environnement au travail en lien avec le dérèglement climatique.

Pour lire l’avis du CESE, cliquez ici

Pour revoir la présentation du groupe Vyv au conseil fédéral FGTE : cliquez ici

Assises de l’économie de la mer les 28 et 29 novembre 2023 à Nantes-Saint Nazaire

Le bureau exécutif de l’Union Fédérale Maritime FGTE-CFDT, présent sur les deux jours des assises de l’économie de la mer à Nantes, un rendez-vous incontournable pour rencontrer et échanger avec tous les acteurs du maritime.

Point 1 

Assises de la mer « table ronde n°4 compétitivité des énergies marines renouvelables (EMR) »
La présence  de l’Union Fédérale Maritime FGTE-CFDT, présentation de nos visions et de nos inquiétudes sur cette filière d’avenir.


Deux points forts abordés : FORMATION et RISQUE de DUMPING SOCIAL

FORMATION
* La filière EMR ne créer pas de nouveaux métiers à proprement parler, mais plutôt nécessite la transformation, l’adaptation, l’addition de savoir-faire ou encore l’imbrication de compétences déjà̀ existantes.
* Certains des métiers concernés sont déjà̀ sous tension.
* Le besoin de compétences fait émerger la nécessité́ de créer de nouvelles dynamiques de professionnalisation et d’adapter l’offre de formation, les territoires auront un rôle décisif.
* Les entreprises auront également un rôle majeur via des formations en interne, elles restent « les vigies » en termes de besoins et d’adaptations des formations pour ce secteur
* Les critères importants identifiés par les différents travaux au sein du CNML et de la SNML 2 sur les EMR : il manque à ce stade une GPEC pour tout l’éolien. Cette GESTION PROVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES sera * l’état de lieu indispensable  afin d’identifier et d’anticiper les métiers en qualité comme en volume.
VIGILANCE SUR LES CONDITIONS SOCIALES
* La forte concurrence sur ce secteur nous alerte sur le besoin de protection pour nos emplois nationaux.
* Des offres anormalement basses doivent nous alerter sur le respect de ces règles.
* Si ces règles de l’état d’accueil semblent protectrices, elles font néanmoins référence en termes de salaires au minima conventionnel de branche. Je rappelle que pour certaines catégories de personnel navigants, cinq (5) niveaux sont sous le SMIC, nous devons donc travailler rapidement entre partenaires sociaux sur ce dossier pour trouver les solutions permettant d’éviter certaines dérives en termes de dumping social.
*  Nous ne pouvons ignorer les évolutions sociétales sur notre secteur d’activité. Les nouvelles générations de navigants sont extrêmement sensibles à leur qualité de vie, la famille et la lutte contre le réchauffement climatique.


POST COVID

Au-delà des salaires, l’attractivité de nos métiers passera donc par une prise en compte concrète de ces critères sociétaux dans les entreprises.
* Nous voyons déjà sur les activités EMR beaucoup d’Officiers navigants au long cours postulés sur des fonctions en deçà de leur compétence et diplôme, simplement pour la qualité de vie offerte par le secteur EMR. il faudra donc être vigilant sur ce point au risque de déséquilibrer la filière.
* Un travail coordonné reste nécessaire de toutes les forces maritimes et de territoires.
* Le rôle de l’état en facilitateur est indispensable.
* La mutualisation des compétences dans l’offre de formation et la simplification des offres de financement pour les salariés sont une priorité.
* La mise en œuvre d’une filière de construction de navires spécialisés de pose

Point 2

Signature de l’accord sur la promotion sociale et la formation avec le ministre de la mer et les employeurs

Assises de la mer. État, Armateurs et Syndicats s’engagent pour la promotion sociale des marins.


Face aux difficultés de recrutement dans la marine marchande, l’État et les partenaires sociaux ont signé, le 29 novembre à Nantes, lors des assises de l’économie de la mer, un accord visant notamment à faciliter la reconversion des personnels d’exécution vers des postes d’officiers. Une initiative de l’UFM-FGTE CFDT sur ce projet .

Point 3

L’UFM FGTE CFDT honorée lors des assises de la mer par le ministre 

Union Fédérale Maritime FGTE CFDT : Son bureau exécutif honoré par notre ministre de la mer Monsieur Hervé Berville lors des assises de la mer.
Ont été promus au grade de chevalier du mérite maritime :

– Monsieur Thierry LE GUEVEL « promotion 2018 »
– Monsieur Pierre Yves ABOMNES « promotion 2023 »
– Monsieur Jean Paul CORBEL « promotion 2023 »


Monsieur le secrétaire d’état a su trouver les mots personnalisés pour chaque récipiendaire en récompensant par cette distinction les carrières professionnelles et d’engagement de ces 3 membres investis de l’UFM CFDT, toujours au service du dialogue social indispensable et de qualité avec les services de l’état et plus généralement sur le périmètre paritaire national et international du secteur maritime.

RER  métropolitains : les amendements de la FGTE-CFDT au Sénat améliorent la loi

Afin de promouvoir les projets de services express métropolitains par train ou par autocar, une proposition de loi soutenue par le gouvernement vise à en fixer le cadre et à confier le portage de leur réalisation à la société du grand paris (SGP) renommée « société des grands projets ».

Dans le cadre de cette discussion parlementaire, la FGTE-CFDT est allé à la rencontre des sénateurs et leur a proposé 15 amendements portant sur les droits sociaux à prévoir pour les salariés de cette société, la prise en compte de la sécurité ferroviaire dans les projets, l’amélioration de l’intermodalité, l’anticipation de la sûreté en gares, la sécurisation de certaines missions fondamentales pour la qualité de service au sein du groupe SNCF (missions de secours et de relevage des trains), et pour une prise de décision réellement ouverte à tous les acteurs concernés en proximité.

Parmi les amendements de la FGTE-CFDT, portés par le Sénateur Olivier Jacquin, ceux votés par le Sénat, permettent de prendre en compte l’économie de l’exploitation future dès l’initialisation des projets, d’y intégrer pleinement la sécurité ferroviaire (un élément qui avait été totalement oublié) et d’ouvrir aux organisations syndicales représentatives des travailleurs ainsi qu’aux associations locales le « comité des partenaires », une instance qui doit être systématiquement consultée par la région ou l’agglomération avant toute décision importante sur l’organisation des mobilités du quotidien.

Cette dernière disposition permettra d’ancrer davantage les décisions d’organisation des mobilités locales et régionales dans le réel, car les travailleurs sont à la fois ceux qui produisent et qui utilisent quotidiennement ces transports.

La FGTE-CFDT transforme ainsi en mesure légale une revendication portée par la CFDT depuis les débats sur le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) en 2019.  Reste à espérer que cette disposition sera maintenue lors de la dernière lecture de cette proposition de loi…

Avis CESE commission européenne

Les préconisations du CESE sur les mobilités en territoires peu denses rapportées auprès de la Commission européenne.

Chaque année, la représentation de la Commission européenne en France et le Secrétariat général pour les affaires européennes (services du Premier Ministre) doivent rendre compte dans une réunion publique de l’utilisation des fonds du plan de relance. Cette année cet événement s’est déroulé le 24 octobre à Paris.

L’essentiel des financements européens pour la relance est regroupé dans un fonds dénommé Facilité pour la reprise et la résilience de 723 milliards d’euros, dont plus de 40 milliards d’euros pour la France.

Cet événement a été l’occasion, lors d’une table ronde, de confronter les préconisations du CESE, auxquelles la FGTE-CFDT a largement contribué, avec les réalisations du plan de relance européen en France.

Au regard de la large participation citoyenne (plus de 10 000 répondants),  S. Mariani, rapporteur de l’avis du CESE, a pointé l’utilité des financements du plan de relance européen qui ont porté sur :

  • Les transports collectifs du quotidien (environ 5 milliards d’euros de la part française du plan). C’est la première demande des citoyennes et des citoyens qui se sont exprimés, et pour cause ! la France a, plus que ses voisins européens, délaissé l’investissement dans les transports collectifs dans les territoires ruraux. Ainsi il faut en moyenne plus de 3h en France pour réaliser en transports en commun un trajet de 50 km contre environ 2h en Allemagne. Quant aux lignes ferroviaires régionales, sur 8000 km, 3000 km sont dans un bon état stable quand les 5000 autres kilomètres sont dans un état moyen ou mauvais sans amélioration.
  • Le développement des mobilités douces, notamment pour les trajets courts, qui est la deuxième aspiration des citoyennes et des citoyens, est financé à hauteur de 900 M€ par le fonds européen essentiellement pour le développement des infrastructures cyclables. C’est une bonne chose, mais le CESE préconise de repenser encore plus fortement une utilisation mieux partagée de la route qui traiterait aussi le cas d’autres véhicules légers que le vélo (motorisés ou non).
  • Pour 900 M€, le plan européen finance aussi le bonus écologique pour accéder à un véhicule propre ainsi que les bornes de recharge. Cela correspond également à une aspiration des citoyens consultés par le CESE qui préconise cependant de mieux cibler les aides en fonction d’un critère de ressources et d’une différenciation géographique et de financer plus largement l’usage (pas seulement l’acquisition). La mobilité individuelle doit aussi repenser un modèle de véhicule plus léger.

Lors de ce colloque de la Commission européenne, le CESE a également dressé une forme de bilan d’étape de la loi d’orientation des mobilités (LOM). Cette loi a posé toutes les problématiques mais beaucoup de chemin reste à parcourir. C’est pourquoi le CESE préconise une nouvelle loi d’orientation et de programmation qui prolongerait les objectifs de la LOM, tout en se donnant les moyens d’un vrai changement de modèle.

Le rapporteur du CESE a ainsi souligné le défi de l’investissement nécessaire en chiffrant le besoin à 30 Mds€ pour les lignes ferroviaires régionales sur 10 ans, 5 Mds € pour les autocars express sur 10 ans, le triplement pendant 10 ans du fonds dédié au soutien des commerces de village… Autant de préconisations que la FGTE-CFDT partage et porte dans ses revendications en même temps que l’indispensable travail à réaliser pour améliorer l’attractivité des métiers des transports dans les territoires !

Enfin, il est primordial de relever le défi d’un accompagnement humain, en mettant en place un vrai réseau d’ambassadeurs des mobilités pouvant apporter conseil, sensibilisation et formation en proximité des citoyens, mais aussi en ayant la compréhension des situations sociales du plus grand nombre dans le cadre d’une aide globale en fonction des ressources -c’est l’idée d’un « forfait mobilité durable citoyen »- ou par des adaptations spécifiques pour les populations les moins favorisées de certains territoires (aides ciblées et dérogations pour l’accès aux ZFE par exemple).

Cette table ronde a été l’occasion d’échanges nourris avec le secrétariat à la planification écologique, des élus locaux et des représentants de la commission européenne. La FGTE-CFDT continuera à relayer à son niveau nombre des préconisations du CESE qu’elle partage.

Pour revoir cet événement de la Commission européenne en vidéo.

Assemblée Générale Mittelwihr

C’est à Mittelwihr, près de Colmar que s’est tenue la douzième Assemblée Générale de l’Union Fédérale des Retraités Transports Environnement. A cette occasion, plus de 50 militants en provenance de toutes les régions de France se sont déplacés pour faire le bilan des années passées (le rapport d’activité) et tracer des perspectives d’avenir (la résolution générale).

Il faut déjà dire que le cadre de travail était idéal puisque nous séjournions en plein vignoble et en pleine période de vendanges.

Pour autant, les deux journées de l’Assemblée Générale, les 3 et 4 octobre 2023 n’ont pas été de trop pour aborder tous les sujets à l’ordre du jour, tant l’actualité était riche en événements, heureux ou malheureux.

Il est bien évident que notre UFR et ses militants se sont inscrits dans les actions menées par la confédération, l’UCR et notre fédération, la FGTE. La crise COVID est venue perturber quelque peu notre fonctionnement, mais nous nous sommes retrouvés nombreux  aux différentes manifestations organisées contre le recul de l’âge légal à 64 ans. Ce fût l’occasion de revoir des vieux copains…perdus de vue et d’en faire adhérer certains.

Notre résolution générale était articulée autour de neufs axes forts dont le pouvoir d’achat, le droit à la santé et à une complémentaire santé, le droit à la mobilité, la formation, la communication le développement et la syndicalisation.

Nous avons d’ailleurs organisé un débat autour du développement et pointé du doigt ce qui pouvait constituer un frein au développement.

Marlène BOISSON représentait l’UCR. Stéphane BOURGEON, secrétaire général de la FGTE était présent ainsi que Michel HUGUES, Eric HUGON et Jean Louis SCHAMBER. Tous nous ont assuré qu’ils nous apporteraient leur soutien actif pour permettre notre développement, source d’avenir et…de survie!

Commission d’enquête parlementaire sur le fret ferroviaire: la CFDT dénonce un choix porteur d’insécurité juridique et de régression écologique et sociale !

L’union fédérale CFDT des cheminots a été auditionnée le 20 septembre par la commission d’enquête parlementaire sur le fret ferroviaire.

  • La CFDT Cheminots a pointé la contradiction entre l’impératif de transition écologique qui tarde à se concrétiser en France et une démarche proactive par laquelle le Gouvernement voudrait anticiper la décision de la Commission européenne qui enquête sur une aide d’Etat illégale dont aurait bénéficié Fret SNCF.

En fait cette prétendue aide a consisté à faire porter la dette du fret ferroviaire par la SNCF et la solution prônée par le Gouvernement pour  tenter de satisfaire la Commission consiste à supprimer la filiale Fret pour refilialiser ses activités dans deux nouvelles sociétés tout en remettant sur le marché 30% des contrats de transport de marchandises. Ainsi les nouvelles sociétés ne seraient plus « responsables » du bénéfice de la prétendue aide d’Etat. C’est ce qu’on appelle « la discontinuité ».

  • La CFDT Cheminots a rappelé, qu’en plus du risque de rupture qu’elle provoque avec les clients, cette discontinuité anticipée n’a reçu aucune assurance formelle de la commission européenne à ce stade, ce qui n’apporte aucune garantie sur l’abandon des poursuites.
  • Enfin la CFDT Cheminots a souligné que la discontinuité économique pourrait faire obstacle à la continuité des droits sociaux des salariés transférés pourtant prévue par l’article  1er de la loi nouveau pacte ferroviaire de 2018.

Cette situation de grande insécurité juridique est de nature à accroître la défiance voire la démobilisation des salariés.

Or, on ne fera pas davantage de report modal -comme l’ambitionne le Gouvernement dans la planification écologique en visant un doublement du trafic de fret ferroviaire et un gain de 4Mt de CO2 sur le transport de marchandises en 2030-avec moins de salariés et moins d’engagement!

Les cheminots de Fret SNCF ont déjà fait beaucoup d’efforts ces dernières années pour défendre et redresser le Fret ferroviaire. 

La CFDT Cheminots s’oppose fortement à cette solution du pire sur le plan écologique et social.

Retrouvez l’intégralité des auditions de la Première Ministre et des organisations syndicales en vidéo : Ici

Retrouvez l’extrait le l’intervention officielle de la CFDT Cheminots lors cette Commission : Ici

Négociation sur les salaires minimums conventionnels du 25 mai 2023 : enfin un accord de branche sur les salaires

La Négociation Annuelle Obligatoire sur les salaires minimums conventionnels du 15 février n’avait pas permis de trouver un accord sur la revalorisation des salaires conventionnels à cause d’une proposition d’augmentation indécente de la part de l’Union des Transports Publics (UTP).

Suite à l’augmentation du SMIC au 1er mai 2023, les Organisations Syndicales ont demandé une nouvelle réunion de négociation auprès de la Présidente de la Commission Paritaire qui s’est tenue le 25 mai.

Lors de cette négociation, l’UTP est revenue à la raison et a fait une proposition d’augmentation des salaires de 5,2 % pour les premiers coefficients qui étaient de nouveaux sous le SMIC, et une augmentation de 5,25 % de la valeur du point.

Ceci après une décision unilatérale de décembre 2022 qui augmentait les salaires de 1,5%, la valeur du point passant de 8,95 € à 9,42 €.

Cela représente une augmentation cumulée de 6,75 %, et enfin un accord sur les salaires signé largement par le SNTU CFDT, la CGT-FO, l’UNSA et la CFE CGC. Seule la CGT ne sera pas signataire.

Le salaire minimal d’un Conducteur Receveur et d’un Ouvrier P3 passe à 1884 €. l

Vous trouverez la grille minimale des salaires ci-dessous :

Tableau 11 colonnes avec salaire en fonction du coefficient et des années
Tableau 2 colonnes avec salaire

La FGTE fortement mobilisée à Bruxelles pour lutter contre l’austérité !

Pourquoi cette mobilisation ?

Le 12 décembre dernier se déroulait à Bruxelles, une manifestation organisée par la CES (Confédération Européenne des Syndicats) pour exprimer une forte opposition au projet de lancement du programme d’austérité 2.0 prévu pour l’année à venir.

En effet, les ministres finances de tous les pays de l’UE étaient réunis à Bruxelles et certains avaient pour but de faire pression afin que l’Europe revienne à des règles d’austérités strictes, ce qui entrainerait de lourdes coupes budgétaires pour les gouvernements des Etats membres et auraient un impact direct sur les travailleurs.

Cette mobilisation était particulièrement importante car revenir à une politique d’austérité peut directement jouer sur les politiques d’accès à des soins de qualité, à l’éducation, à des conditions de travail dignes. Ces négociations mettaient à mal les éléments qui permettent à nos sociétés de prospérer.

Les travailleurs et leurs proches ont besoin d’investissements publics dans l’éducation, les soins de santé, les salaires et un avenir durable. Aujourd’hui encore plus qu’hier avec cette inflation galopante.

Un focus fait par ETF sur la défense du Fret ferroviaire suite à l’adoption de la motion d’urgence lors du congrès de la CES

Lors de cette manifestation ETF avait demandé à ses affiliés de venir nombreux car elle mettait en place une action forte pour défendre le fret ferroviaire suite à la motion d’urgence adoptée lors du congrès de la CES. Les cheminots d’ETF avaient un message important à adresser à la Commission Européenne : plus d’investissements publics pour stimuler le transport ferroviaire de marchandises dans toute l’Europe et le déclarer comme un service d’intérêt public.

ETF est fortement impliqué aux côtés de ses affiliés français et allemands suite aux enquêtes menées sur Fret SNCF et DB Cargo pour avoir prétendument reçu des aides d’état illégales.

Le transport ferroviaire de marchandises est un modèle de durabilité environnementale, émettant 9 fois moins de CO2 que le transport routier pour les mêmes quantités de marchandises. Chaque train de marchandises en Europe remplace effectivement plus de 50 camions sur les routes, faisant du fret ferroviaire l’un des moyens de transport de marchandises les plus respectueux de l’environnement. Cela joue un rôle central dans la réalisation des objectifs ambitieux du Green Deal.

Cependant, malgré l’objectif de la Commission européenne de doubler la part modale du fret ferroviaire d’ici 2050, la part modale actuelle du rail dans le transport de marchandises européen se situe à un plus bas historique de 11,5 % en 2020 depuis la libéralisation du secteur en 2006.

L’ETF exige sans équivoque que la Commission européenne mette fin à ses enquêtes sur ces entreprises et désigne plutôt le fret ferroviaire comme un service d’intérêt général. Au lieu de promouvoir des mesures d’austérité et de pénaliser les autorités qui investissent dans ce mode de transport respectueux de l’environnement, la Commission européenne devrait lancer des politiques encourageant les investissements dans le fret ferroviaire.

La FGTE CFDT était très bien représentée au côté de sa confédération grâce à ses nombreux militants issus des différents secteurs qui avaient fait le déplacement à Bruxelles pour venir exprimer leur colère et exprimer leur solidarité européenne.

Congrès de la CES-Motion fret

La FGTE CFDT fortement impliquée lors du congrès de la CES dans la délégation de l’ETF

Le 15ème congrès de la Confédération européenne des syndicats s’est tenu du 23 au 26 mai à Berlin. Nous y avons fêté les 50 ans de la CES dans un contexte de crise : les effets de la crise sanitaire, la guerre en Ukraine, la forte inflation, le réchauffement climatique et la montée de l’extrême droite.

Lors de ce congrès, la FGTE-CFDT était la seule organisation syndicale française à faire partie de la délégation ETF en envoyant 2 délégués (fédération européenne des travailleurs des transport) et c’est au service de tous travailleurs des transports français qu’elle a œuvrée à ce congrès. En effet, très largement soutenue par les autres membres de la délégation ETF, elle a largement contribué à pousser la motion sur le fret ferroviaire en réponse à l’actualité de ce secteur (discontinuité de la société de FRET SNCF suite à une enquête de la commission avec un avenir très incertain pour les salariés) sur les 8 adoptées (le fret ferroviaire, Cuba, l’Iran, la mobilisation contre l’austérité, le Qatar, la Turquie, le droit de grève, l’Ukraine).

Cette motion fret est la seule motion sectorielle adoptée par le congrès de la CES et c’est un message fort envoyé à la Commission Européenne par les 45 millions de travailleurs qu’elle représente à travers les organisations syndicales et fédérations affiliées.

Le message envoyé par la CES à la commission européenne est clairement que cette décision reflète un paradoxe qui menace l’existence de milliers de travailleurs du secteur ferroviaire européen ainsi que les générations futures.

De plus, ce congrès avait également une symbolique forte pour la CFDT dans son ensemble car Laurent Berger qui œuvrait depuis 2019 (élu avec 95,9 % des voix) comme Président de la CES passait le témoin à Esther Lynch.

Le congrès a voté le rapport d’activité à l’unanimité, de nombreux travaux structurants ayant été réalisés sous cette mandature (directive salaire minimum, directive transparence salariale).

Lors du congrès, une charte des valeurs largement inspirée de celle de la CFDT ainsi que le Manifeste de Berlin (programme d’action 2023-2027) ont été adoptés. Les thèmes abordés sont : « le renouveau syndical, changer l’avenir du travail, une économie au service du peuple, ensemble pour notre avenir européen, ensemble pour une CES forte ».

Ce manifeste se veut d’être un message fort contre l’extrême droite et le populisme comme le disait Laurent Berger lors de son discours : « partout où ils gouvernent, les droits reculent, ceux des travailleurs, des migrants ou des minorités (…). Tous les reculs démocratiques sont des reculs pour les droits des travailleurs. ».

Retour sur le Congrès ACV-CSC Transcom : Odyssée 2030, Cap sur le présent !

En octobre dernier, la FGTE-CFDT a été invitée à participer au congrès de nos collègues belges du syndicat ACV-CSC Transcom qui se réunissaient autour d’une thématique globale « Odyssée 2030-Cap sur le présent » qui abordait principalement le sujet de la digitalisation dans le monde du travail.

Le but de ce congrès au-delà de réaffirmer l’orientation politique de la centrale syndicale, était également de faire en sorte que la CSC Transcom fasse partie à l’horizon 2030 des organisations ayant œuvrées pour atteindre les objectifs de développement durable fixé par les Nations Unies.

Plusieurs panels de discussion étaient prévus sur les thématiques clés et faisant participer des acteurs issus de secteurs divers et ayant des expériences différentes afin qu’ils donnent leur point de vue sur les différentes problématiques posées par le congrès :

  • L’évolution technologique ne doit-elle pas restée au service de l’humain ?
  • Qu’en est-il de l’emploi si la machine est prête à remplacer l’homme ?
  • Est-ce une question de choix d’investissement ?
  • Comment exploiter au mieux les ressources afin de maintenir un niveau de vie de bonne qualité dans un environnement socialement et économiquement viable ?

L’aspect pratique était également mis en avant avec la possibilité pour les participants de visiter le village de la (R)Evolution technologique qui permettait notamment de tester des exosquelettes, des drones et différentes technologies mises au service du secteur des transports.

Nous remercions vivement nos collègues pour leur invitation à leur congrès et les félicitons pour celui-ci.

Manifestations contre la réforme des retraites, un peu de vécu…

Il y a eu en tout 14 manifestations sous l’égide de l’Intersyndicale en France.

Bien entendu, celles de Paris ont attiré toute l’attention des caméras y compris sous l’angle de leurs débordements. Concernant la CFDT – FGTE, l’organisation est montée en puissance au fil des semaines sans imaginer au départ que la mobilisation durerait six mois.

L’appel confédéral a été relayé logiquement par l’Union Régionale Interprofessionnelle Ile de France. Concrètement et avec succès, celle-ci a assuré le Service d’Ordre, la banderole et la sonorisation en tête du cortège CFDT. Nous avons pu rencontrer les Secrétaires de l’URI et d’Unions Territoriales Interprofessionnelles d’Ile de France. L’animation s’est construite à fur et à mesure des manifestations, avec des slogans, des chansons et même un compte TikTok « CFDT en Force ». La météo nous a été favorable. A l’exception d’une journée où il a même grêlé avant le départ du cortège, tous les défilés se sont déroulés sous un ciel clément.

Côté FGTE, après la première manifestation du jeudi 19 janvier où nous avions juste un camion, les remontées de nos militantes et militants (mais aussi de plus en plus d’adhérents et de sympathisant à fur et à mesure des manifestations) ne se sont pas faites attendre. Il fallait plus d’ambiance donc de musique, plus de rafraichissements et de quoi caler d’impatients estomacs. Du coup, il a été décidé rapidement la mise à disposition de sandwiches, boissons, dont thé et café, et en cas sucrés.

Plutôt que de louer, le coût devenant vite plus élevé que l’achat, la Fédération a investi dans une enceinte mobile réutilisable pour de multiples occasions. Le programme musical fut géré via un ordinateur portable géré par le conducteur du camion, Denis. Enfin, pour que l’orange soit bien visible, la FGTE a mis à disposition du matériel : drapeaux, chasubles, sifflets et autres, que les manifestants avaient à disposition sur place. Vous avez été nombreuses et nombreux à souhaiter en conserver pour le souvenir !

Même le camion FGTE (de location) a été équipé de signalétiques magnétiques « orange » !

Avec Michel et Eric, le trio s’est vite formé et « professionnalisé » pour une mise en place le matin à partir de 10 h. Celle-ci intégrait la répartition des différents produits dans le camion pour une distribution même en roulant, le traitement des déchets. Sur ce point, nous avions à cœur de ne rien laisser au sol. Le top départ se situait à 13 h ou à 14 h et nous assurions donc un point de restauration gratuit à celles et ceux qui n’avaient pu déjeuner. Avec le soutien actif d’autres militants, l’ambiance a toujours été agréable, sourire et humour de rigueur.

L’équipe a été appuyée régulièrement par des militantes et militants d’Air France. Cela nous a permis, cas unique du cortège CFDT, d’assurer un Service d’Ordre allégé autour du camion FGTE contrairement à la pratique d’un SO complet avec périmètre de sécurité délimité par une corde. Nous avons pu gérer ainsi au mieux un temps de manifestation compris entre 3h30 et plus de 4 heures dans la majorité des cas. Venait heureusement en appui, le camion du CRTE, qui, lui, était seul lors des manifestations en week-ends. Le premier mai a constitué l’exception, nombre de militantes et militants ayant manifesté en province.

Lors de la seconde manifestation du mardi 31/01 débutant à 14 h, nous avions surévalué la demande en nourriture. Après avoir envisagé de faire un don à une association, difficilement réalisable sur le moment dans un contexte verrouillé, nous avons décidé de partager le surplus avec les manifestantes et manifestants des autres fédérations du cortège CFDT. De ce fait, la réputation du camion FGTE a fait son chemin d’autant que les produits étaient d’une qualité irréprochable, tous les cas de figure en termes de régime alimentaire étant prévus. Et bien sûr nous avons eu nos habituées et nos habitués d’autres horizons de la CFDT, un vrai mélange de cultures, un partage d’amitié et d’estime réciproques.

Les rares denrées restantes – lors des premières manifestations – ont toujours été remises à des personnes sans domicile fixe.

Un moment émouvant fut la remise d’un sandwich contre un morceau de pain, un vrai moment de partage d’humanité, une raison supplémentaire de se reconnaître dans les valeurs CFDT et leur dimension sociétale.

Et pour la petite histoire, le Service d’Ordre de l’URI s’est ravitaillé en boissons, dont le café, à notre camion, avant de prévoir sa propre logistique avec le même prestataire, avec notre camion pour point de livraison et de stockage en sécurité d’effets divers y compris un vélo pliable dont le propriétaire se reconnaitra…

Notre camarade Martial, Syndicat des Transports de fonds, a fait d’innombrables allers – retours entre le camion FGTE et le carré de tête. Difficile donc de ne pas saluer les copines et les copains issus de la FGTE et membres du Service d’Ordre de la CFDT sous la direction ferme et souriante d’Hugo.

Malgré quelques cas de têtes brûlées – notamment en vélo – peu soucieuses d’une sécurité collective et oubliant totalement qu’elles étaient juste tolérées, les relations et échanges avec les badauds et passants ont été bonnes. Il en a été de même avec les forces de l’ordre. Il faut les remercier.

Nous avions également à nos côtés parmi nos militants réguliers, des camarades du collège Exécution « Agent du Service Commercial Train » – ASCT de Paris Saint Lazare et des salariées et salariés des entreprises de nettoyage ferroviaire, les fameuses « secondes lignes » pendant le COVID.

Très vite, les cortèges de manifestants ont été dédoublés. Cela nous a donné l’occasion de voir de grands boulevards parisiens « oranges », une vision extraordinaire du niveau de mobilisation et de la capacité de la CFDT à assumer son leadership de première organisation syndicale nationale.

Mais peut-être ce qui nous a le plus touchés, c’est le nombre de familles, parents et enfants y compris jeunes, qui ont rejoint le cortège CFDT puis celui de la FGTE durant tous ces épisodes de contestation et y sont demeurés fidèles. Nous leur devons un grand merci pour la reconnaissance du sérieux de la revendication, mais aussi de l’organisation et de l’accueil qu’elles nous ont témoigné. Grâce à cette mobilisation intense et malgré des moments tendus, nous avons vécu et réussi un grand exercice citoyen et démocratique. Même Edgar, l’ancien Secrétaire général de la FGTE, sorti de son Occitanie, nous a rejoint lors d’un épisode. Et quand, fidèles au poste, vous croisez, Marylise et Laurent, dégustant au passage un petit café accompagné d’une « petite douceur », qui descendent tout le cortège CFDT pour vous saluer, Militante et Militant CFDT, vous vivez un grand moment de votre engagement syndical.