Vous êtes ici

COMMUNIQUE DE PRESSE

Soumis par redacteur le mar, 09/29/2020 - 12:58

Protection des travailleurs contre la pollution aux particules : après un contentieux victorieux au Conseil d’Etat la Fédération Générale des Transports et de l’Environnement de la CFDT (FGTE-CFDT) demande des décisions fortes

Le 29 juillet 2020, le Conseil d’Etat a donné raison à la FGTE-CFDT sur un contentieux qui l’opposait au Gouvernement concernant l’exposition des travailleurs à certaines particules fines, lorsqu’ils exercent leur profession dans des locaux particulièrement confinés (tunnels, gares souterraines, métros…).

La haute assemblée a enjoint le Gouvernement à modifier, sous délai de six mois, les valeurs limites d’exposition aux poussières (totales et alvéolaires) fixées par l’article R.4222-10 du code du travail, afin de protéger la santé de ces travailleurs.

Le 28 septembre 2020, la FGTE-CFDT interpelle le Gouvernement pour lui demander de prendre des décisions sur cet enjeu majeur de santé publique et de sécurité au travail. Plusieurs études de recherche scientifique récentes ont démontré un lien de causalité entre une exposition régulière à ces particules et plusieurs affections respiratoires graves, invalidantes, voire mortelles.

Dans un courrier adressé à trois ministres, E. Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion Professionnelle, B. Pompili, Ministre de la Transition Ecologique, et JB. Djebbari, Ministre Délégué chargé des Transports, la FGTE-CFDT revendique une prise en compte globale de cette problématique et des avancées rapides sur les points suivants :

  • Moyens à mettre en place pour limiter la concentration des poussières dans les tunnels et gares souterraines ;
  • Moyens de protection pour les travailleurs concernés ;
  • Suivi médical renforcé des salariés travaillant dans les espaces confinés, notamment par suivi spécifique de la médecine du travail ;
  • Prise en compte de cette exposition au titre de la pénibilité ;
  • Prise en compte des pathologies liées à une exposition régulière au titre des maladies professionnelles.

En ce qui concerne la fixation des valeurs limites d’exposition dans le code du travail suivant la décision du Conseil d’Etat, la FGTE-CFDT demande une cohérence entre les limites retenues pour les travailleurs et celles qui s’imposent actuellement ou qui s’imposeront dans un futur proche pour l’ensemble des citoyens.

La FGTE-CFDT rappelle que plusieurs dizaines de milliers de salariés, notamment du secteur des transports, sont concernées par une telle exposition, avec des conséquences potentiellement très lourdes sur leur santé et sur leur vie.

Plus généralement, des millions de citoyens qui fréquentent régulièrement ces mêmes espaces, généralement pour une durée d’exposition plus courte, sont concernés par cette pollution de l’air.

Dernières Actualités Actualités fédérales

Déconfinement : la FGTE-CFDT demande au Gouvernement de corriger de toute urgence des lacunes sur la sécurité sanitaire des salariés et des usagers des transports.
Le 13ème Congrès de la Fédération Générale des Transports et de l’Environnement (F.G.T.E.), prévu du 31 mars au 2 avril 2020 à l’Ile des Embiez (83140 - Six-Fours-les-Plages), a dû être reporté.
Le Bureau Fédéral de la F.G.T.E.-C.F.D.T., réuni le 30 mars 2020, prend les décisions nécessaires à la gestion de la crise sanitaire et à la continuité de l’action fédérale.
Si certains personnels de la fonction publique seront gagnants avec la réforme des retraites, les choix du gouvernement pénalisent fortement une majorité d'agents plus fragilisés.

Pages

Dossiers à la une


  • [DOSSIER ELECTIONS FONCTIONS PUBLIQUES 1/2] VOTER ET FAIRE VOTER CFDT


    Le vote des quelque 5,2  millions d’agents publics sera décisif. D’ici au 6 décembre, chaque voix peut faire pencher la balance. Il y va de l’avenir d’un dialogue social utile et nécessaire dans la fonction publique et de la place de la CFDT dans le paysage syndical français.

  • [DOSSIER 3/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Devant l’échec massif en licence, les universités tentent d’innover. Elles sont encouragées dans cette voie par la loi Orientation et réussite des étudiants.

  • [DOSSIER 2/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Monique Canto-Sperber est philosophe, directrice de recherche au CNRS et ancienne directrice de l’École normale supérieure. Pour elle, la stratégie de formation, telle qu'elle existe, est inadéquate face à la massification de l’enseignement supérieur. Interview.

  • [DOSSIER 1/3] L’UNIVERSITÉ SOUS PRESSION


    Avec toujours plus d’étudiants à accueillir chaque année, les facs doivent se réinventer pour assurer la réussite de tous.